Voyages en avion : "la double vaccination sera la pierre angulaire pour retrouver un trafic normal", selon Jean-Baptiste Djebbari

Voyages en avion : "la double vaccination sera la pierre angulaire pour retrouver un trafic normal", selon Jean-Baptiste Djebbari

DÉPLACEMENTS - Le ministre délégué chargé des transports, invité ce mardi 5 octobre sur LCI, a indiqué que des discussions sont en cours au sein du G7 pour faciliter la reprise des déplacements internationaux. L'Amérique du Nord pourrait être accessible aux voyageurs français dès début novembre.

L'harmonisation des conditions d'entrée sur différents territoires reste difficile, mais "on essaye", a garanti Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué chargé des transports au micro d'Elizabeth Martichoux sur LCI ce mardi 5 octobre. Au cours d'une réunion du G7 la semaine passée, l'ouverture des frontières des États-Unis et du Canada aux voyageurs internationaux vaccinés contre le Covid-19 "à compter de début novembre" a été discutée.  La perspective fait écho à l'annonce de la Maison Blanche le 20 septembre dernier d'autoriser l’entrée sur le territoire des États-Unis aux ressortissants vaccinés en provenance de l’Union européenne et du Royaume-Uni notamment, mettant fin à des restrictions en vigueur depuis mars 2020. 

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

"Au niveau du G7, on essaie d'aller vite sur double vaccination notamment", une vaccination par deux doses de sérum qui sera "la pierre angulaire pour retrouver un trafic normal", a poursuivi Jean-Baptiste Djebbari. "Ce sera à mon sens beaucoup plus lent pour la Chine et les pays de l'Asie du Sud-Est, qui ont des stratégies anti-Covid très restrictives", a-t-il toutefois alerté, soulignant notamment le fait que la Chine ne fait pas partie du G7. Cet assouplissement du protocole pour l'accès aux pays asiatiques devrait être discuté lors d'un futur G20, a ajouté le ministre. 

Quant à la situation économique du secteur aérien, très éprouvé par la crise sanitaire avec des pertes cumulées estimées à plus de 200 milliards de dollars entre 2020 et 2022 selon l'IATA (Association du transport aérien international), le ministre délégué aux transports a avancé "un retour à l'équilibre financier en 2023 ou 2024" selon des études prévisionnelles, mais a cherché à se montrer prudent. "Je ne sais pas si on pourra comparer" ce futur trafic à celui de 2019, avant l'épidémie, a-t-il estimé.

Une aide allouée à Air France "suffisante"

En cause notamment, le développement du télétravail et de la visioconférence qui prive les compagnies aériennes des travailleurs d'affaires, qui faisaient "l'essentiel de leur rentabilité". "On ne les voit pas revenir pour l'heure", a-t-il observé, estimant que ces voyageurs "mettront du temps à le faire". "Les grandes compagnies ont en général été très soutenues par les États, tandis que les low-cost avaient à disposition beaucoup de trésorerie, a-t-il poursuivi. Mais au milieu, il y a un certain nombre de compagnies très fragiles." Des faillites  de compagnies, qui ont déjà eu lieu, pourraient conduire à "un mouvement de consolidation" de celles qui restent, a expliqué le ministre, indiquant que "le paysage change". "Je le dis avec prudence, mais il y aura peut-être une hausse des prix", a-t-il également mis en garde. 

La compagnie Air-France KLM a de son côté été "beaucoup aidé", a estimé le ministre, selon lequel 10 milliards d'aides ont été alloués à soutenir l'entreprise. "La compagnie a réalisé cet été 65% de son trafic normal, ce qui nous mène à dire que cette aide a été suffisante", a indiqué Jean-Baptiste Djebbari. Estimant qu'Air France "repart mieux que ses voisins, notamment européens", il a déclaré que des aides supplémentaires n'étaient pas envisagées. 

Lire aussi

Par ailleurs, au sujet de l'aviation verte, le ministre a garanti que le plan de relance qui sera présenté par Emmanuel Macron le 12 octobre comprendra dans son volet sur les transports un chapitre sur l'aviation verte. Elle recoupe à la fois "la future générations d'avions sobres en carbone" comme les appareils électriques, hybrides et à hydrogène, mais aussi "la nouveauté du carburant alternatif au kérosène", a-t-il détaillé. La semaine passée, un vol au départ de Nice a par exemple été lancé avec 30% de biocarburants à base d'huile de cuisson usagée, a-t-il rapporté. Cette méthode "beaucoup plus écologique" permettrait "une baisse des émissions de 90% tout de suite",  soit "une solution à court terme pour l'aviation qui crédibilise le discours politique de l'ensemble des décideurs de ce monde", a-t-il estimé. 

"On a une industrie française et européenne d’envergure mondiale", a poursuivi le ministre, indiquant qu'un milliard et demi d'euros a d'ores et déjà été injecté dans cette industrie.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Que risquera-t-on en roulant sans pneus hiver après lundi prochain ? Le 20H vous répond

EN DIRECT - Procès du 13-Novembre : des proches de victimes du Bataclan et des policiers entendus ce mercredi

"C’est ridicule" : la colère monte face aux routes bloquées de la frontière franco-espagnole

VIDÉO – Un an de précipitations en 48h : la Sicile frappée par des inondations meurtrières

Plus de 5000 cas de Covid-19 par jour : peut-on déjà parler de "cinquième vague" de l'épidémie ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.