"On est déçu, on est venu profiter des plages" : touristes et habitants face au confinement en Martinique

"On est déçu, on est venu profiter des plages" : touristes et habitants face au confinement en Martinique

TÉMOIGNAGES - À compter du vendredi 30 juillet, les Martiniquais entameront leur 4e confinement pour au moins trois semaines. Une situation éprouvante pour habitants et vacanciers, tandis que la flambée épidémique se poursuit sur l’île.

"On va dire qu’on s’y attendait un petit peu", regrette une passante à Fort-de-France, dans le reportage en tête de cet article. Sur l’île, les habitants partagent une impression de déjà vu : face à une accélération incontrôlable des contaminations au coronavirus, le confinement est réinstauré à partir du vendredi 30 juillet en Martinique. 

C’est le préfet de l’île, Stanislas Cazelles, qui l’a annoncé mercredi 28 juillet dans la soirée. Le couvre-feu, actuellement fixé à 21h, est remonté à 19h. Par ailleurs les déplacements seront restreints "entre 5h et 19h dans une limite de 10 km" autour du domicile, avec une attestation dérogatoire obligatoire pour toute sortie au-delà de ce périmètre.

Toute l'info sur

La France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières informations sur l'épidémie et le déconfinement

Si les commerces pourront rester ouverts, sans distinction entre commerces essentiels ou non, et la plupart des activités culturelles seront maintenues, tant que le port du masque est obligatoire pour y assister, ce n’est pas le cas de nombreux lieux publics. Restaurants et salles de sports doivent fermer. Au grand dam de certains habitants. "On va revivre le reconfinement encore une fois, ça ne va pas du tout", se désole un jeune homme installé en terrasse. D’autres tentent d’appréhender la nouvelle avec distance. "Si c’est pour que nous allions mieux et que la Martinique soit protégée, pourquoi pas", admet un passant. 

"Ça peut être frustrant de rester chez soi, surtout pendant les vacances"

Sur la plage de Schoelcher, dans l’ouest de l’île, les vacanciers profitent de leurs dernières heures de liberté. Désormais, il ne sera plus autorisé de poser sa serviette pour se prélasser ou pique-niquer à compter de ce vendredi. "Il faut privilégier ce qu'on appelle les plages dynamiques, c’est-à-dire le fait d'aller à la plage faire du sport, dans le rayon des 10 km", a indiqué le préfet. "Ça peut être frustrant de rester chez soi, surtout pendant les vacances", estime une femme. "On est déçu, on est quand même venu là pour profiter des plages", confirme une autre baigneuse. "Mais ça se comprend quand même, vu la situation en ce moment."  

Si les transports et transferts vers l'aéroport seront toujours autorisés, pour les touristes, les vacances sont quelque peu gâchées. "On sort du confinement en métropole, on arrive ici et on devient confiné, c’est un peu dur", confie une vacancière attablée dans un restaurant du centre-ville de Fort-de-France, pour une dernière soirée de convivialité avant les restrictions.

Un taux d'incidence record en France

Un arsenal de mesures déployé pour endiguer une vague épidémique brutale : selon les dernières données agrégées par CovidTracker, la Martinique détient un taux d’incidence record dans le pays, avec près de 1000 cas pour 100.000 habitants, soit une personne contaminée sur 100. 

Le système hospitalier, lui, est saturé. Depuis quatre jours, les urgences ne désemplissent pas. Une femme est acheminée en brancard à l’hôpital : "il est 10h30, c’est la 24e" de la matinée, note une infirmière. Pour endiguer ce flux ininterrompu de patients, l’établissement mobilise ses troupes. "On a rappelé des retraités, on appelle les étudiants", explique une soignante. Ainsi, le personnel médical a salué à l'unanimité la décision du préfet et espère en voir les retombées positives d’ici à une dizaine de jours.

Parallèlement, le taux de vaccination sur l’île est très faible : environ 19% des Martiniquais ont reçu au moins une dose, contre presque 60% en moyenne dans le pays. "C’est vrai qu’il faut essayer de penser à tout le monde et essayer d’avoir une couverture maximale pour une immunité collective", reconnaît une passante de Fort-de-France. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ – "Danse avec les stars" : Bilal Hassani éblouit le jury, Lââm éliminée

EN DIRECT - Covid-19 : le nombre de nouveaux cas en baisse de 22% sur une semaine

Covid-19 : le vaccin de Moderna serait supérieur à celui de Pfizer contre les formes graves

Afghanistan : des véhicules des forces talibanes attaqués à la bombe, au moins deux morts et 19 blessés

Covid-19 : les experts sanitaires américains se prononcent contre une 3e dose de vaccin pour tous

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.