"Je voulais me rendre utile" : le service civique de plus en plus plébiscité en pleine crise sanitaire

"Je voulais me rendre utile" : le service civique de plus en plus plébiscité en pleine crise sanitaire

CARRIÈRE - Le service civique, expérience professionnelle rémunérée ouverte aux 16-25 ans sans condition de diplôme, attire de plus en plus de jeunes depuis sa création en 2010. Un engouement renforcé par la crise sanitaire.

Un demi-million de jeunes ont effectué un service civique ces 10 dernières années. 245.000 places sont disponibles sur la seule année de 2021. Un succès retentissant qui ne cesse de gagner en puissance notamment depuis le début de la crise sanitaire.  Jean Brunelin, 24 ans, fait partie des jeunes pour qui cette expérience confirme une vocation. Le diplômé en licence de psychologie insuffle sa jeunesse depuis octobre dernier au sein d'un Établissement d'Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD) avant de se lancer sur le marché du travail."Ça fait une grosse expérience professionnelle parce que vu que je veux travailler dans la psychologie, c'est très important, ça fait du contact, du lien", explique l'ancien étudiant.

Toute l'info sur

La France face à une 3e vague d'ampleur

Pour certains, le service civique est aussi l'occasion de trouver sa voie professionnelle. Lisa, 21 ans,  qui s'est prise de passion pour les enjeux environnementaux, intervient auprès d'adolescents depuis novembre dernier : "Je n'ai pas eu la chance d'avoir des interventions sur ce sujet étant plus jeune", regrette-t-elle. Pourtant, dit-elle, "je pense que c'est utile pour tout le monde afin que cette parole se diffuse."  

D'autres y ont eu recours faute de mieux, mais ne regrettent pas d'avoir saisi cette opportunité. Fanny s'est tournée vers le service civique après avoir manqué le concours d'entrée d'une école spécialisée dans le social. En attendant de retenter sa chance plus tard, elle regagne confiance. "Je voulais me rendre utile", relate la jeune femme de 19 ans. "J'avais dans l'idée de faire du bénévolat. Je suis très jeune, ça fait grandir. Et puis c'est une bonne première expérience dans le monde professionnel." 

Une aubaine pour les plus âgés

Ces échanges intergénérationnels profitent également aux plus âgés à qui cela permet de sortir de l'isolement. "J'ai des petits-enfants à peu près du même âge", précise une résidente d'EHPAD. "Ça me fait penser à eux !" 

Ce succès grandissant, l'antenne auvergnate de l'association Unis-Cité à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) le ressent à travers l'accompagnement de 230 jeunes contre 16 il y a tout juste 4 ans. "82% des jeunes qu'on accompagne dans les six mois qui suivent leur mission vont s'insérer sur le marché du travail", se réjouit Romain Carrier, responsable départemental à l'Unis-Cité. "C'est un levier extrêmement efficace pour eux." 

Lire aussi

Ainsi, le gouvernement a décidé de créer 100.000 missions supplémentaires d'ici fin 2021 dans le cadre du plan France Relance et de son volet "1 jeune 1 solution". "La crise engendrée par la Covid-19 a été révélatrice d’une envie d’engagement des jeunes", affirme Sarah El Haïry, Secrétaire d’État chargée de la Jeunesse et de l’Engagement.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Val-de-Marne : une adolescente de 17 ans tuée à coups de couteau, le suspect arrêté

EN DIRECT - Proche-Orient : nouveaux raids meurtriers sur Gaza, un émissaire américain se rend à Jérusalem

VIDÉO - "Une femme libérée et de pouvoir" : Amandine Petit a défilé en Marianne à Miss Univers

EN DIRECT - Fin de la traque dans les Cévennes : le suspect en garde à vue, les enquêteurs recherchent ses armes

Amandine Petit en finale de Miss Univers : ses parents sont ses plus grands fans

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.