"Déjà des reports pour 2022" : le nombre des mariages en chute libre

"Déjà des reports pour 2022" : le nombre des mariages en chute libre

COVID-19 - Selon l'Insee, le nombre de mariages célébrés en France a chuté de 34% l'an dernier. Nous sommes allés à la rencontre de futurs mariés, d’un maire mais aussi d’un traiteur et d’une vendeuse de robes directement impactés par cet effet de la crise sanitaire.

Geoffrey et Samantha devaient se marier le 27 juin dernier. Voyant la situation sanitaire s’aggraver, ils se sont résignés à repousser la date. "Courant avril, on commençait un petit peu à se poser des questions et mi-avril, on a pris la décision de reporter le mariage en 2021", confie la future mariée dans le reportage de TF1 en tête de cet article. Ces deux amoureux sont loin d'être les seuls à avoir ainsi dû faire une croix sur leurs plans initiaux, en espérant rapidement pouvoir se dire oui dans des conditions moins perturbées. 

"La pandémie a empêché la tenue des célébrations ou incité à les repousser en raison de la limitation du nombre d’invités", note l'Insee dans son bilan démographique 2020 publié mardi, qui fait état d'un effondrement de 34% du nombre de ces cérémonies, interdites pendant le premier confinement puis autorisées avec une stricte limitation du nombre d'invités. "Il n'y a eu presque aucun mariage en avril-mai, et nettement moins que les années précédentes en juin-juillet", souligne l'Institut.

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

La pile de dossiers que montre Patrick Danet, traiteur normand, peut en témoigner : "Voici tous les dossiers des mariages qui ont été reportés, ça représente au moins une trentaine" de réceptions, assure-t-il. Ce professionnel n’a au final travaillé que sur deux mariages l’an dernier, et a perdu 80% de son chiffre d’affaires. Et celui qui tient le choc grâce aux aides de l'État, mais craint pour l'avenir de son entreprise, ne sait pas s’il "va pouvoir faire les mariages de 2020 qui sont programmés en 2021, et même ceux de 2021."

"Plus assez de demandes"

La restauration n’est pas le seul secteur impacté. La robe qu’on ne porte qu’une fois ne se vend plus. Dominique Demont est vendeuse dans un magasin de robes de mariée. Ici, la moitié des essayages a été annulée l’année dernière, et la boutique est désormais fermée le matin. "On ne va pas la laisser ouverte sans que personne ne rentre", explique-t-elle, assurant qu'"il n’y a plus assez de demandes". 

L'année 2021 sera-t-elle meilleure ? Pour l'heure, rien n'est moins sûr. Le maire de Bayeux, Patrick Gomont, ne se montre ainsi pas vraiment confiant : "En 2021, on va tomber à vingt mariages à ce jour, et il n’est même pas dit qu’on les fasse parce que nous avons déjà des reports pour 2022, puisque le contexte sanitaire et les différentes mesures qui sont prises, un peu au fil de l’eau, font que les futurs mariés s’interrogent énormément."

Lire aussi

Certains couples ont décidé de se dire oui coûte que coûte, mais de reporter les festivités au moment où le virus sera enfin loin derrière nous. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Couvre-feu : en Italie, la Sardaigne passe en "zone blanche"

Golden Globes : Chadwick Boseman sacré meilleur acteur, sa veuve livre un émouvant discours

Son enfance en Algérie, son grand amour partagé : Marthe Villalonga ouvre ses jardins secrets

Covid-19 : Moselle, Haute-Garonne, Nice... Les mesures de restrictions locales se multiplient

Désormais autorisé dans les cabinets médicaux, le vaccin AstraZeneca est en forte progression

Lire et commenter