Aveyron : mobilisation contre de possibles suppressions d'emplois dans deux usines

Aveyron : mobilisation contre de possibles suppressions d'emplois dans deux usines

REPORTAGE - Les salariés de deux entreprises étaient réunis ce jeudi dans le but de sauver l'emploi en Aveyron. En moins de quatre jours, Bosch a annoncé son souhait de supprimer 750 postes et le métallurgiste Jinjiang SAM plus de 200.

L'enjeu de la mobilisation de ces salariés est de taille. Les deux équipementiers automobiles font partie des principaux employeurs de ce département rural. Par exemple, le siège de Jinjiang SAM se trouve à Decazeville. Là-bas, les entreprises de sidérurgie ont déjà fermé. Dans la rue principale, les rideaux baissés se succèdent. Et les commerçants restants s'inquiètent pour l'avenir.

Toute l'info sur

Le 20h

Bosch, elle, se trouve dans l'agglomération de Rodez. L'annonce des suppressions d'emplois y a fait l'effet d'un séisme. Pour sauvegarder l'emploi, Christian Teyssèdre, le maire, souhaite que 50% des équipements automobiles soient fabriqués en France. En attendant, il reste optimiste sur les capacités de la ville à s'adapter. Il a rappelé que 2.500 emplois y ont été créés ou consolidés depuis une quinzaine d'années. Et c'est ce qui a permis à la commune d'absorber les 1.200 emplois de Bosch qui ont été supprimés depuis une vingtaine d'années.

Par ailleurs, avec 5% de chômage, Rodez fait figure de bon élève en Aveyron. La ville mise aujourd'hui sur la formation pour reclasser les salariés.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Pourquoi le Chili se reconfine-t-il alors qu'il est le 3e pays le plus vacciné au monde ?

Aurélien éliminé de "Koh-Lanta" : "Avec Thomas, on peut clairement parler de trahison"

EN DIRECT - Covid-19 : 510.000 doses injectées ce vendredi, annonce Macron

Un taux de vaccination supérieur à la France mais plus de morts : la stratégie italienne en question

Vacances confinées : ces Français qui trichent (sciemment ou sans le savoir)

Lire et commenter