Durcissement des contrôles : ce qui change pour les vacanciers de retour de l'étranger

Durcissement des contrôles : ce qui change pour les vacanciers de retour de l'étranger

CORONAVIRUS - Face à la propagation du variant Delta et à la crainte d'une quatrième vague, les contrôles aux frontières se multiplient. Le test PCR de moins de 24 heures est exigé depuis ce dimanche pour les voyageurs en provenance du Royaume-Uni et de cinq pays de l'Union européenne.

Ce samedi à la Jonquera, petite ville espagnole à la frontière entre la Catalogne et la France, la file d'attente s'étire sur une centaine de mètres devant un centre de tests éphémère. Et pour cause, Matignon vient d'annoncer qu'un test de moins de 24 heures serait exigé pour les voyageurs Français non vaccinés de retour d'Espagne dès dimanche 18 juillet. Une mesure prise pour limiter la propagation du variant Delta, qui complique un peu l'organisation des vacanciers. 

"C'est bien de nous imposer des tests PCR mais en revanche nous laisser un petit peu de temps pour pouvoir les passer c'est quand même un minimum", regrette, dans le reportage en tête de cet article, un touriste obligé de faire un test pour rentrer en France.

Toute l'info sur

Variant Delta : la France face à une quatrième vague

En raison de la diffusion rapide du variant Delta dans certains pays européens, le gouvernement Français a en effet durci ses règles et a annoncé samedi que les voyageurs non vaccinés en provenance du Royaume-Uni, mais aussi de cinq pays de l'Union européenne (l'Espagne, le Portugal, la Grèce, Chypre et les Pays-Bas), devraient dès dimanche 18 juillet présenter un test PCR ou antigénique négatif de moins de 24 heures pour entrer en France.

La Tunisie sur liste rouge

Les Français vaccinés quant à eux peuvent rentrer sans aucune restriction et sans test. Ils peuvent donc profiter plus sereinement des eaux turquoise du sud de l'Europe. Malgré les contrôles sanitaires imposés, ces destinations retrouvent progressivement leur attrait d'avant Covid, comme l'explique Valérie Boned, secrétaire générale Des entreprises du voyage, une organisation professionnelle des métiers du tourisme. "Il y a eu un moment où ça a ralenti, sur le Portugal et l'Espagne la semaine dernière, car on s'interrogeait, mais en fait, on voit bien que les réservations continuent à être engrangées par ces pays-là, car les choses sont devenues claires : vaccin ou test PCR."

Lire aussi

Les pays du Maghreb restent les grands perdants de l'été. La Tunisie, ancienne destination préférée des Français, a été rejointe cette semaine par de nombreux pays sur la liste rouge des pays où la situation sanitaire est préoccupante : l’Afghanistan, l’Afrique du Sud, l’Argentine, le Bangladesh, la Bolivie, le Brésil, le Chili, la Colombie, le Costa Rica, Cuba, l’Inde, l’Indonésie, les Maldives, le Mozambique, la Namibie, le Népal, Oman, le Pakistan, le Paraguay, la République démocratique du Congo, la Russie, les Seychelles, le Sri Lanka, le Suriname, l’Uruguay et la Zambie.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Quatrième vague : jeunes, non-vaccinés, femmes enceintes... Quel est le profil des patients hospitalisés ?

Ce que l'on sait de la mort de Maxime Beltra, décédé à 22 ans après une injection du vaccin Pfizer-BioNTech

"On est déçu, on est venu profiter des plages" : touristes et habitants face au confinement en Martinique

EN DIRECT - Covid-19 : Israël autorise une 3e dose de vaccin pour les plus de 60 ans

Pourquoi certaines personnes attirent-elles plus les moustiques ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.