Écoles : y a-t-il un intérêt épidémiologique à les refermer ?

Écoles : y a-t-il un intérêt épidémiologique à les refermer ?

SCÉNARIO - Avant la prise de parole du Premier ministre Jean Castex ce vendredi, qui a notamment débouché sur une fermeture des centres commerciaux "non-alimentaires", le scénario d'une fermeture des écoles était évoqué après une hausse des cas de Covid-19 chez les enfants. Cette solution aurait-elle été efficace ?

Ce vendredi soir, et ce alors que de nombreux observateurs s’attendaient à une allocution du président de la République Emmanuel Macron dans les jours à venir pour annoncer un troisième confinement, le Premier ministre Jean Castex a pris la parole depuis l’Elysée pour annoncer un durcissement des mesures, notamment la fermeture des centres commerciaux "non-alimentaires" dès dimanche.

Toute l'info sur

Le WE

En revanche, aucune annonce n’a été faite concernant les écoles, collèges et lycées, qui restent donc toujours ouverts, les vacances de février n’étant pas prolongées par la même occasion, alors qu’il en était question ces derniers jours. A l’initiative du gouvernement, plus d’un million de tests seront déployés dans toute la France d’ici huit jours, pour mieux observer la circulation du virus en milieu scolaire. C’était notamment le cas ce vendredi matin à Arcachon, en Gironde.

Une hausse des cas proportionnelle à la hausse de tests

Ainsi, près d’un élève sur dix d’un lycée de la ville ont été testés, sur la base du volontariat, dans une salle de classe aménagée en centre de dépistage pour l’occasion. Sur tous les tests antigéniques effectués sur les élèves, aucun ne s’est révélé positif. "Les élèves sont asymptomatiques la plupart du temps, donc c’est important de tester pour casser les chaînes de transmission, de contamination", souligne néanmoins Marie-Laure Lasmi, infirmière à la direction des services départementaux de l’Education nationale.

Mais qu’en est-il de la situation exacte dans les 61.000 établissements du pays ? Selon les derniers chiffres du ministère de l’Education, 96 d’entre eux sont pour l’heure fermés, dont 75 écoles, 17 collèges et 4 lycées. Depuis les vacances de Noël et avec l’arrivée des variants, les dépistages dans les établissements scolaires sont plus nombreux. Rien que la semaine dernière, ils ont augmenté de 28% pour les 0-14 ans, pour une augmentation identique des cas positifs, de l’ordre de 25% en une semaine.

Lire aussi

Toujours moins touchés que les adultes

Cependant, en comparaison avec les autres tranches d’âges, les enfants restent les moins touchés par le Covid-19 avec un taux d’incidence de 117 cas pour 100.000, contre 254 pour 100.000 les 15-44 ans, 217 pour les pour les 45-64 ans, 158 pour les 65-74 ans et 265 pour les 75 ans et plus. "La très très grande majorité des contaminations de l’enfant viennent d’un adulte, précisément de la cellule familiale", souligne Pr. Romain Basmaci, secrétaire général de la société française de pédiatrie et chef du service pédiatrie à l’hôpital Louis-Mourier, à Colombes.

Selon lui, les écoles doivent restées ouvertes car "le coronavirus touche très peu les enfants". "En revanche, il y a un grand risque social et psychologique à la fermeture des écoles", alerte-t-il. Un point de vue partagé pour l’instant par la Haute Autorité de santé (HAS), qui recommande une fermeture des écoles en dernier recours.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : près de 250.000 doses de vaccin injectées en 24 heures, l'accélération se confirme

Vaccination des soignants : comment expliquer les disparités entre professions ?

Affaire des "écoutes" : après Nicolas Sarkozy, le Parquet national financier fait appel de la décision

Patrick J. Adams, le mari de Meghan dans "Suits", dénonce l'attitude "obscène" de Buckingham

Meghan et Harry chez Oprah : l'interview qui a fait basculer la famille royale dans un mauvais soap

Lire et commenter