Elles font de l'escrime pour combattre le cancer du sein

Elles font de l'escrime pour combattre le cancer du sein

Le cancer du sein tue chaque année plus de 12 000 Françaises. Aujourd'hui, l'accompagnement des malades dépasse aussi largement le cadre médical. Exemple avec cette association, qui propose des ateliers d'escrime aux femmes opérées d'un cancer du sein.

Elles n'ont même pas encore enfilé leur tenue, mais tout est dit : “le fait de porter un bustier fait qu'on est toutes pareilles”. Ces six femmes n'ont pas choisi l’escrime par hasard. En cours de traitement contre un cancer du sein ou en rémission, elles ont besoin de faire travailler leurs bras et portent le sabre du côté où elles ont été opérées. “Aller chercher la tasse qui est en haut, ouvrir la fenêtre. Au début, on ouvre comme ça, un jour, on l’ouvre comme ça. On est super content. Je suis contente quand je passe la serpillière et que j'arrive en me baissant. L’escrime fait beaucoup de bien à faire ça”, se confie l’une d’elles.

Toute l'info sur

Le WE

Cette appréhension à lever le bras disparaît grâce au réflexe de défense de la parade. Il est enseigné par Grégoire, leur maître d'armes. “Quand elles arrivent, elles sont un peu recroquevillées. Il y a deux raisons pour ça. Au début, c'est la cicatrice voilà et après, c'est inconscient parce qu'on a envie de le cacher. Les seins ont été opérés et petit à petit, il faut réussir à les ouvrir”, explique-t-il. La “Solution riposte”, c'est le nom de cette association qui fait bénéficier 1 000 femmes de cours gratuits chaque semaine dans 70 salles en France. Une idée née de l'expérience de Dominique Hornus Dragne, anesthésiste et escrimeuse

“Il y a le choc de l'annonce, mais il y a aussi tout ce qui va derrière. Ce sont la chirurgie, la chimiothérapie et quelquefois les problèmes familiaux. Il faut qu'on les aide pour qu'elles arrivent à la phase de la reconstruction”, lance-t-elle. La guérison n'est pas seulement physique. Florence et Pierrette, deux amies tombées malades à un d’intervalle, semblent maintenant se guérir l'une l'autre. “ Quand ça a été détecté à temps et qu'on a la chance de pouvoir en guérir, franchement, le moral, c'est très très important”. Plusieurs études scientifiques le prouvent : la pratique du sport diminue de 35% le risque de rechute après un cancer du sein.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

CARTE - Covid-19 : quels sont les départements où le nombre de cas augmente à nouveau ?

Texas : trois enfants abandonnés dans une "maison de l'horreur" avec le cadavre de leur frère

Le permis à points est-il sans effet sur la mortalité routière ?

Ces propositions qu'Eric Zemmour emprunte au programme 2017 de François Fillon

EN DIRECT - Nouveaux cas, hospitalisations... Les indicateurs du Covid-19 encore en hausse

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.