Emmanuel Macron accompagné de deux illustres vétérans pour commémorer l'appel du 18 juin

Emmanuel Macron accompagné de deux illustres vétérans pour commémorer l'appel du 18 juin

MÉMOIRE - Emmanuel Macron assiste ce vendredi matin à la traditionnelle cérémonie militaire au mémorial du Mont Valérien, dans les Hauts-de-Seine. Il sera accompagné de deux illustres vétérans, Hubert Germain et Léon Gautier.

Le président Emmanuel Macron commémore ce vendredi le 81e anniversaire de l'appel du 18 juin 1940 du général de Gaulle, en présence du dernier compagnon de la Libération, Hubert Germain, et du seul survivant du commando Kieffer, Léon Gautier, qui sera décoré. Tous trois assisteront dans la matinée à la traditionnelle cérémonie militaire au mémorial du Mont Valérien près de Paris. Principal lieu d'exécution de résistants et d'otages en France par l'armée allemande pendant la Seconde Guerre mondiale, il a été inauguré le 18 juin 1960 par le général de Gaulle dans une clairière située à Suresnes (Hauts-de-Seine).

Hubert Germain, dernier survivant de l'ordre de la Libération

Résistant de la première heure, Hubert Germain fêtera cet été ses 101 ans. Né le 6 août 1920 à Paris, fils d'un général des troupes coloniales, l'ancien colosse de 1m90 est parti à Londres fin juin 1940, il y a 81 ans. A ce moment-là, ce n'est pas l'appel du 18 juin qui l'a décidé à rejoindre la Résistance. "On ne va pas recommencer ce cinéma-là, personne ne l'a entendu, l'appel! On a tous entendu ce laïus effrayant du maréchal Pétain, disant qu'il fallait terminer la guerre et déposer les armes. Ça a été un choc", affirme-t-il. Le souvenir de sa première rencontre avec de Gaulle, cet été-là, est intact : "Il s'arrête un instant, me regarde et me dit : 'Je vais avoir besoin de vous'. Quand, à 18-19 ans, vous vous ramassez ça en pleine figure, dans le désastre général qui est là, il y a quelque chose qui vous émeut profondément".

Engagé dans les premiers au sein des Forces françaises libres (FFL), Hubert Germain a combattu en Syrie, en Libye où il a participé à la bataille de Bir Hakeim, en Égypte, en Italie, en Provence, dans les Vosges et en Alsace. Blessé et décoré de la Croix de la Libération par le général de Gaulle fin juin 1944 en Italie, le vétéran, aujourd'hui pensionnaire des Invalides, est le dernier survivant de l'ordre de la Libération créé par le chef de file de la France libre.

"Nous nous devons d'être inspirés par cette force d'âme", lui avait déclaré le chef de l'État le 18 juin 2020. "Votre courage, votre vertu au sens romain du terme, sont une fierté pour notre pays et nous inspirent encore", avait-il ajouté.

Léon Gautier, dernier survivant du commando Kieffer

Léon Gautier, 98 ans, est le dernier survivant du commando Kieffer, qui débarqua en Normandie en juin 1944. Comme chaque année, il sera présent à la commémoration de l'Appel du 18 juin au Mont-Valérien avec Emmanuel Macron, qui le décorera. Le vétéran ne rate jamais une occasion, coiffé de son béret vert, d'inviter la jeunesse à "se battre pour la paix", comme le 6 juin dernier lors des commémorations du Jour J à Ouistreham (Calvados). Ce grand officier de la Légion d'honneur vit dans cette commune, voisine de celle où il a débarqué, Colleville-Montgomery. "Le 6 juin, on a libéré 1,8 km de plage et on a parcouru 19 km dans la journée. Puis on a passé 78 jours et 78 nuits en première ligne dans une tranchée", expliquait en mai 2014 juste avant les célébrations du 70e anniversaire du Débarquement cet homme toujours accueillant.

Les 177 fusiliers marins des Forces françaises libres du commando, intégré au Royal Marine Commando N°4, sont les seuls Français en uniforme à avoir participé au débarquement allié. Portant le nom du capitaine de corvette Philippe Kieffer, qui avait constitué ce groupe de volontaires, le commando, entraîné en Ecosse, avait débarqué le 6 juin 1944 à Sword Beach.

Lire aussi

Les faits d'armes de ces commandos français ont été tardivement reconnus. De Gaulle n'avait pas été associé aux préparatifs du Débarquement. Il faudra attendre 1984 pour voir le président François Mitterrand rendre hommage au commando Kieffer pour la première fois à Ouistreham (Calvados). Une unité des commandos de la Marine nationale porte toujours le nom de Kieffer et le béret vert des commandos de marine est porté "couché à droite", le badge à gauche "à l'anglo-saxonne", un souvenir de la constitution de ces commandos en Écosse en 1942.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Ce que l'on sait de la mort de Maxime Beltra, décédé à 22 ans après une injection du vaccin Pfizer-BioNTech

EN DIRECT - Covid-19 : la Martinique se reconfine dès vendredi

PHOTO - Emmanuel Macron préside un conseil des ministres depuis son avion, un fait inédit

Covid-19 : le pass sanitaire élargi entrera en vigueur le 9 août

Le tableau des médailles des JO de Tokyo : la France stagne, après l'or en aviron

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.