Épiphanie : quelle est la bonne date pour tirer les rois ?

Chaque année, 85% des Français célèbrent l'Épiphanie avec gourmandise. Pour les boulangers et les grandes surfaces, c'est une période faste, car la galette des Rois n'est pas très coûteuse à produire et elle peut rapporter gros.

TRADITION - Ce mercredi, comme tous les 6 janvier, on célèbre l'Épiphanie. Une fête chrétienne qui commémore la présentation de l'Enfant Jésus aux rois mages. L'occasion de déguster la fameuse galette. Mais quand au juste doit-on la manger ?

Finalement dans l'Epiphanie, la seule chose qui nous intéresse, bien souvent, c'est de savoir quand on peut (enfin) manger la galette des rois. Cette fête chrétienne est traditionnellement fixée au 6 janvier, soit douze jours après la naissance de Jésus selon la liturgie romaine. Oui mais voilà, le 6 janvier tombant parfois - comme ce mercredi - au beau milieu de la semaine, une réforme, datant de 1802, a transféré la date au premier dimanche du mois de janvier. 

La galette des rois est donc partagée à cette date, en tout cas dans les pays qui n'ont pas de jour férié dédié à l'Epiphanie. Cette année, en France, la fête a donc eu lieu le dimanche 3 janvier. Mais que les plus gourmands se rassurent, les pâtissiers faisant leur plus gros chiffre d'affaires à ce moment-là, on pourra à coup sûr la déguster tout au long du mois de janvier.

En vidéo

Le top dix des galettes les plus folles

Melchior, Gaspard et Balthazar

Pour les catholiques, l’Épiphanie célèbre la présentation de l'Enfant Jésus aux Rois mages, à savoir Melchior, Gaspard et Balthazar. Mais ce que l'on sait moins c'est qu'ils n'étaient, à l'origine, ni rois, ni trois. La bible indique seulement que ce sont des mages venus d'Orient qui ont suivi l'étoile du berger jusqu'à Bethléem, en Galilée. Ils ont offert à Jésus de l'or, symbole de la royauté, de l'encens, symbole de la divinité, et de la myrrhe, symbole annonciateur de la souffrance rédemptrice du Christ. Trois présents, donc, on les a représentés avec trois personnages, chacun offrant un cadeau.

Des traditions qui remonteraient à l'époque romaine

Mais quid de la galette ? En France, la tradition veut que, depuis le XIVème siècle, on "tire les rois", c’est-à-dire que l’on partage une galette pour désigner le roi de la journée : c’est le convive qui trouve la fève cachée dans la galette qui est couronné. Cette tradition remonterait, avant l’ère chrétienne, aux Saturnales de la Rome antique. Comme le rapporte La Croix, lors de ces fêtes païennes, les Romains avaient l’habitude d’inverser les rôles entre maîtres et esclaves et utilisaient la fève d’un gâteau pour désigner le "Prince des Saturnales" qui voyait tous ses désirs exaucés le temps d’une journée. 

Et pourquoi une fève en porcelaine ? Au Moyen-Age, celui qui tombait sur la fève devait payer sa tournée à toute la tablée. "Certains prétendent que les plus avares avalaient la fève afin de ne pas débourser d'argent. C'est ainsi que serait née la fève en porcelaine, pour que le 'roi' craigne de l'avaler.", raconte dans L'Express Nadine Cretin, historienne des fêtes spécialisée en anthropologie religieuse. 

Lire aussi

Enfin sachez que dans le sud de la France, le gâteau des rois n’est pas la galette à la frangipane mais la couronne des Rois, une brioche garnie de fruits confits et aromatisé à la fleur d'oranger. Ce gâteau est également appelé royaume, notamment à Montpellier.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : près de 25.000 hospitalisations, 196 décès en 24 heures

Dérogations au couvre-feu national : qui est autorisé à circuler après 18h ?

Départ de Donald Trump : nos images de la Maison-Blanche désertée

EN DIRECT - "Muslim Ban", accord de Paris, plan pour l'économie : Biden prépare des premiers jours explosifs

Couvre-feu national à 18h : quelles sont les attestations dérogatoires et où les télécharger ?

Lire et commenter