Est-ce une bonne idée d'inciter vos enfants à écrire au père Noël ?

MYTHE - A deux semaines de Noël, LCI a posé la question à deux spécialistes de la petite enfance.

Faut-il donner corps au "mensonge" du Père Noël ? Le secrétariat du Père Noël mis en place chaque année par la Poste est sur le pont depuis plusieurs semaines. Les enfants "sages" qui lui envoient leurs dessins et listes de cadeaux reçoivent en retour une carte-réponse illustrée signée du gros bonhomme à barbe blanche (un site internet permet également aux tout petits d'échanger avec lui). Mais en le matérialisant ainsi, certains parents pourraient craindre que leur enfant ne leur en veuille encore plus lorsqu'un copain ou un grand frère lui apprendra la cruelle vérité. Alors, faut-il jouer le jeu jusqu'au bout pour inciter les petits à y croire ?

En vidéo

Pourquoi vaut-il mieux faire ses courses de noël en novembre ?

La psychologue clinicienne Angélique Cimelière n'y voit aucun problème. Elle encourage même les familles à se plier au rituel. "La lettre au Père Noël matérialise ce qui est abstrait, or pour un enfant, il est essentiel que tout devienne concret, explique-t-elle à LCI. Cela peut l'amener à se rendre compte de lui-même qu'on ne peut pas demander tout et n'importe quoi. Et en participant ainsi au choix de ses cadeaux, il aura encore plus de satisfaction au moment de les recevoir." Cette spécialiste de la petite enfance souligne toutefois que pour éviter les déceptions, il faut "bien prévenir que le Père Noël fait un choix" dans les trop longues listes.

Michaël Larrar, médecin psychiatre spécialisé dans la prise en charge des enfants et des adolescents, est moins enthousiaste : "Je ne conseille ni ne déconseille la lettre au Père Noël. Pour les parents que cela amuse, c'est tout simplement un moment ludique avec leur enfant." L'essentiel en la matière, poursuit-il, "c'est de ne pas être dans l'excès. Toute la société fait déjà croire aux petits que le Père Noël existe, on peut aussi s'en tenir à cela." Attention, donc, à ne pas trop faire durer cette tradition épistolaire : "Il faut éviter que l'enfant y croit plus longtemps que ses petits copains et qu'il se trouve ridicule devant eux."

Se pose donc l'éternelle question de l'âge auquel il faut dire la vérité sur le barbu au costume rouge. "Autour de 6 ans" selon le docteur Larrar, lorsque la rumeur commence à circuler dans les cours de récréation et que l'enfant "va se montrer capable de relever les aberrations de ce personnage sensé livrer des cadeaux à tout le monde". "En général, explique le docteur, la croyance au Père Noël s'arrête quand l'enfant est inconsciemment d'accord pour arrêter d'y croire. C'est donc quand il commence à poser des questions multipliées sur son existence qu'il est capable d'entendre qu'il n'existe pas." Et de rejoindre le cercle des grands, sans en vouloir à ses parents.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Tout pour briller à Noël

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter