VIDÉO - "Et si on imaginait que nos enfants étaient plus forts que nous ?" : un nouveau clip choc contre la fessée

VIDÉO - "Et si on imaginait que nos enfants étaient plus forts que nous ?" : un nouveau clip choc contre la fessée

ÉDUCATION- A l'occasion de sa nouvelle campagne pour en finir avec la fessée administrée aux enfants, l'association Stop Veo a choisi un angle inédit : si nous n'envisageons pas de frapper un adulte, pourquoi le faire avec un enfant ?

L'association Stop Veo lance une campagne contre l'usage de la fessée comme moyen d'éduquer ses enfants. Le clip réalisé à cette occasion interpelle, en projetant les parents dans un scénario de fiction : "Et si on imaginait que nos enfants étaient plus forts que nous ?". La chute de l'intrigue est troublante, mais le message est limpide.

Lire aussi

Un père fou de rage en découvrant dans les couloirs de sa maison les méfaits de son enfant : des feutres jonchent le sol, un gribouillage macule les murs... L'homme descend les escaliers à la recherche de son fils, vraisemblablement avec une intention violente. 

Au bas de l'escalier, au lieu de son enfant, le père découvre allongé en pyjama une sorte de géant blond tatoué, adulte et intimidant. Adouci, le père lui parle d'une voix calme et lui suggère de dessiner sur une feuille plutôt que sur les murs de la maison. Le Viking patibulaire redevient un enfant, qui obtempère à la demande de son père. Cette vidéo est intitulée : "Un dialogue".

Celui qui doit prévaloir, pour une "parentalité sans violences", selon l'association Stop Veo, à l'origine de ce clip. Elle s'est fixée comme objectif l'éradication de la "violence éducative ordinaire" (VEO), qu'elle définit comme l'ensemble des "agressions, physiques (claques, fessées, tapes…), psychologiques et verbales (dénigrement, moqueries, insultes, menaces…), nocives au bon développement de l’enfant".

Ce spot pro bono, conçu par Publicis Conseil, sera diffusé en novembre et décembre sur France Télévision, France 5, France 24, LCP, la chaîne L'Équipe, les chaînes du groupe TF1 et de Mediawan, ainsi que dès maintenant sur les réseaux sociaux.

Considérée comme une "violence éducative" la fessée est interdite depuis 2019

Comme le relève notre journaliste Benjamin Cruard, dans la vidéo en tête de cet article, 91% des Français jugent désormais "facile", l'éducation sans fessée, mais 85 % pensent en revanche "difficile" d'éduquer leurs enfants sans crier. La preuve qu'une promotion du dialogue familial, plutôt que le recours aux violences éducatives ordinaires, a encore toute sa nécessité. Ce clip, qui vise à faire disparaître la fessée, peut d'ailleurs aussi s'interpréter contre les violences verbales.

Si ces concepts doivent encore faire leur chemin pour entrer dans toutes les familles, ils sont cependant déjà inscrits dans la loi : "L’autorité parentale s’exerce sans violences physiques ou psychologiques", comme le définit le code civil depuis 2019.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - La Chine reconnaît que le variant Omicron va compliquer l'organisation des JO d'hiver à Pékin

Paris : une professeure du lycée Montaigne violemment agressée en plein cours par un élève

Variant Omicron : pourquoi l'OMS appelle-t-elle à ne pas fermer les frontières ?

Joséphine Baker : quand un cercueil (presque) vide entre au Panthéon

Covid-19 : "Il est légitime de prendre des précautions" face au variant Omicron, explique le Pr Alain Fischer sur LCI

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.