Gâchis des savons dans les hôtels : la bonne idée d’une association lyonnaise

Gâchis des savons dans les hôtels : la bonne idée d’une association lyonnaise
Ma Région, Mon Action

SOLIDARITÉ – 51 millions de savons sont jetés tous les ans dans les hôtels en France. Une association a décidé d’agir. Elle les récupère, les recycle et les redistribue aux plus démunis.

Que deviennent les savons dans les chambres d'hôtel ? Soit ils sont emportés par les clients, soit ils sont jetés. Ainsi, en France, un million de savons sont jetés toutes les semaines, soit environ 51 millions par an. Il existe pourtant une solution pour les recycler. C’est la bonne idée de Pauline. "Lors d’un séjour à l’hôtel, je me suis lavée les mains avec une petite savonnette et je me suis dit ‘une fois qu’elle est utilisée, si je ne l’emmène pas chez moi, qu’est-ce qu’elle va devenir ?’ Si on fait ça avec tous les hôtels, ça doit être un gâchis phénoménal", explique la jeune femme. Une initiative à la fois écologique et humanitaire. Écologique parce que les savons ne finissent plus à la poubelle, humanitaire parce que les nouveaux cosmétiques sont redistribués aux plus démunis, qui n’ont parfois pas les moyens de s’acheter des produits d’hygiène. 

Toute l'info sur

Ma Région, Mon Action

C’est ainsi qu’est né "Unisoap". Aujourd’hui, l’association, unique en France, fonctionnant grâce aux dons, récupère les savons à usage unique de 150 établissements afin de leur offrir une seconde vie. Six tonnes de savons ont ainsi été collectés en trois ans, estime l’association. Au Radisson Blue, un quatre étoiles au cœur de Lyon, ce sont environ 300 kilogrammes de savons, souvent à peine utilisés par les clients, qui sont collectés chaque année par "Unisoap". Avant cette collecte, les femmes de chambre étaient obligées de jeter le savon pour les clients suivants. "A chaque client qui part, on est obligés de changer le savon, d’en remettre un neuf. Dans les chambres doubles, c’est deux savons à chaque fois", explique la gouvernante d'un hôtel dans le reportage en tête de cet article. 

Un aspect social important pour Pauline

En plus de l’aspect environnemental, l’association mène une action sociale. Elle emploie des travailleurs handicapés qui ont pour mission de nettoyer les savons. "A la fin, le savon est vraiment joli, c’est important de faire ça", approuve Kassim, jeune travailleur en situation de handicap. Après cette étape importante, ils sont broyés puis une nouvelle forme leur est donnée. "C’est une matière première qu’on peut facilement recycler", affirme une salariée de l’association. Les savons, qui répondent aux réglementations cosmétiques, sont tamponnés à l’effigie de l’association – un cœur qui enserre une goutte d’eau. "Unisoap" prévoit de fabriquer 20.000 savons cette année. 

Lire aussi

Les savons sont alors distribués dans les ONG et associations d’aide aux plus démunis. "Sur l’hygiène on a assez peu de dons, ce n’est pas la première chose auquel on pense. On pense souvent alimentaire, mais sur l’hygiène, on a très peu de choses", affirme une bénévole de l’Armée du Salut. Or, trois millions de Français n’auraient pas les moyens d’acheter des produits d’hygiène. 18.000 hôtels sont présents en France. De quoi créer de nouveaux emplois pour développer cette belle initiative. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : "Nous amorçons une décroissance de l'épidémie", selon Olivier Véran

Emmanuel Macron annonce un assouplissement des restrictions de voyage début mai

Dr Gérald Kierzek : "il n'y a pas de problème pour rouvrir les terrasses, parce que c'est à l'extérieur"

Logement : vous pouvez faire résilier le bail de votre voisin en cas de fortes nuisances

"Rien ne fonctionne" : Gérard Lanvin s'emporte dans Sept à Huit contre une époque "affligeante"

Lire et commenter