Île d’Yeu, l’été sans fin

Île d’Yeu, l’été sans fin

Les Français sont nombreux à partir pour les vacances de la Toussaint. Les professionnels du tourisme ont retrouvé avec bonheur les taux de réservation d'avant Covid. Reportage à l'île d'Yeu.

Bercé par les premiers rayons du soleil, la côte sauvage de l'île d'Yeu offre à l'automne une douceur sans pareil. Loin des foules estivales, rien de tel qu'une baignade en solitaire pour entamer les vacances : “Une saison sans fin qui roule sur elle-même. La mer est toujours aussi belle et bonne. Il y a encore la chaleur de la mer, de l'été. C'est un endroit merveilleux, mais il ne faut pas le dire”. Un secret que chacun ici aimerait garder pour soi, celui d'un été indien sur l'une des îles les plus éloignées du continent. Avant l'arrivée de l'hiver, les résidences secondaires font le plein. “Septembre, octobre, c'est génial pour le temps, puis, calme. À l’île d’Yeu, on est bien, on y revient”.

Toute l'info sur

Le WE

Tandis que les quais de port Joinville s'animent, les cabanes de pêcheurs se refont une beauté. Tout le monde n'est pas en vacances, même si dans un tel cadre de travail, cela peut facilement y ressembler. Tous les habitants vous le diront : profiter de l’île d’Yeu, c'est savoir apprécier les plaisirs simples. Le port de la Meule est en marée basse, le moment idéal pour dénicher quelques appâts. “Là, je recherche des petits crabes verts pour pêcher le sar, la daurade. Ils sont souvent en dessous des grosses pierres. Je l’ai ramassé à marée basse, après je vais pêcher à marée haute”. Laisser la nature dicter le quotidien, une philosophie de vie revendiquée sur ce bout de terre, joyau de l’Atlantique.

Sur le même sujet

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.