Ils réalisent une vente sur cinq : les mandataires immobiliers deviennent incontournables

Ils réalisent une vente sur cinq : les mandataires immobiliers deviennent incontournables

RECONVERSION - Le métier de mandataire immobilier explose depuis cinq ans. Accessible à tous, il ne nécessite pas de formation ni de diplôme. Si les Français sont nombreux à tenter leur chance dans cette voie, il y a toutefois peu d'élus.

Il n’a pas d’agence ni de carte professionnelle et encore moins de diplôme. Georges Cornut n’est pas un agent immobilier. Et pourtant, il travaille comme eux. Mandataire indépendant immobilier depuis un an, il traque les propriétaires et leurs biens à vendre. En bon chasseur de maison, ce quadragénaire a l'œil aiguisé. "J’ai vu que cette maison est fermée depuis quelques années. En revanche, il y a un indice : les haies sont taillées régulièrement", souligne-t-il. La maison n’est donc pas abandonnée. Pour en savoir plus, il se lance dans une petite enquête de voisinage.

Direction ensuite le centre des finances publiques dans l’espoir de glaner quelques informations supplémentaires. "Il faut remplir un Cerfa, qui est un document officiel", explique Gilles Cornut. Une démarche à l'issue de laquelle les services de l’État lui communiqueront les coordonnées du propriétaire. "Sous quinze jours ou trois semaines, j’aurai le numéro de téléphone du propriétaire", assure-t-il. Gilles Cornut pourra alors tenter sa chance et peut-être décrocher un contrat de vente. 

Toute l'info sur

Le 20h

C’est une autre vie, aussi bien sur le plan financier que personnel- Gilles Cornut, mandataire immobilier depuis un an

Il y a encore un an, Gilles Cornut était chauffeur de bus à Auxerre. Depuis sa reconversion, il a vendu une trentaine de biens. "C’est énorme mais pour arriver à ce résultat, ce sont des journées de 12 heures, je ne vous le cache pas", précise-t-il. Mais son salaire a été multiplié par cinq et peut atteindre jusqu’à 10.000 euros par mois. Et devenir son propre patron lui a changé la vie. "J’ai ma propre entreprise, je gère mes horaires comme je l’entends. C’est une autre vie, aussi bien sur le plan financier que personnel", dit-il.

La profession de mandataire immobilier existe depuis 2005. Accessible à tous, elle ne nécessite pas de formation ni de diplôme. En revanche, pour apprendre les ficelles du métier, les débutants sont généralement parrainés par un mandataire plus expérimenté. Grégory Gateau est justement le parrain de Georges Cornut. Ce jour-là, il l’aide à estimer un bien. En échange, en cas de vente, il pourra récupérer jusqu’à 12% de la commission de son protégé. "On touche un petit quelque chose en effet car c’est autant de temps que je ne passe pas sur le terrain", explique Grégory Gateau, qui parraine à ce jour dix-huit mandataires immobiliers.

80% des mandataires jettent l'éponge dès la première année

À la différence des agents immobiliers, les mandataires ne peuvent pas toucher directement leur commission. Ils doivent passer par des plateformes qui sont elles titulaires de la carte professionnelle d’agent immobilier. Ces réseaux encaissent les honoraires des mandataires et leur rétrocèdent entre 60 et 70 %. Le chiffre d'affaires de ces plateformes - au nombre de 137 fin 2020 - a progressé de 16 %, en dépit de la crise sanitaire, selon une étude relayée par le journal Les Echos. Toujours selon cette étude, ces plateformes ont réalisé environ 14 % des transactions immobilières en France, 20 % si l'on exclut les transactions entre particuliers, soit l'équivalent de près de 140.000 ventes de logements anciens.

Lire aussi

Entre 2015 et 2020, le nombre de mandataires immobilier a quadruplé dans l'Hexagone, pour atteindre 38.000. Il s’agit de reconversions professionnelles le plus souvent, explique Michaël Benchabat, fondateur du site meilleursbiens.com, l'un des leaders du marché. Mais à l’entendre, il y a beaucoup d’appelés mais peu d’élus. "Tout le monde pense être capable de faire de la transaction immobilière. J’ai bien dit pense, car les six premiers mois, vous n’allez pas gagner un seul centime. Il faut être fort mentalement pour se lever chaque matin avec la même motivation pour aller faire sa prospection. On vous raccroche au nez neuf fois sur dix", insiste-t-il. Dans les faits, 80% des mandataires jettent l’éponge dès la première année. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Terrasses, commerces, cinémas, mariages… les conditions des réouvertures à partir du 19 mai

Covid-19 : le variant découvert en Inde classé comme "préoccupant" par l'OMS

Vaccination : adultes non prioritaires, on vous explique comment prendre rendez-vous dès à présent

Policier tué à Avignon : le collègue d'Eric Masson présent lors du meurtre reconnaît formellement le principal suspect

EN DIRECT - Tensions israélo-palestiniennes : la France appelle à un "usage proportionné de la force"

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.