Infox sur l'évacuation de citoyens afghans : la France trop laxiste avec le droit d’asile ?

Infox sur l'évacuation de citoyens afghans : la France trop laxiste avec le droit d’asile ?

Face aux évacuations de citoyens afghans, certains de nos partis d’opposition dénoncent déjà une vague migratoire. L’arrivée de ces réfugiés échappe-t-elle vraiment aux autorités françaises ? La France est-elle trop laxiste avec le droit d’asile ?

Certains avancent des chiffres. Stanislas Guérini, délégué général de la République en marche affirme que “chaque année, 10 000 Afghans demandent l’asile dans notre pays. Plus de 9 sur 10 l’obtiennent avec un statut de réfugié”, nous dit-il. Ce qui fait dire à un porte-parole du Rassemblement national, Laurent Jacobelli : “L’invasion migratoire afghane a déjà commencé”.

Toute l'info sur

Le WE

Alors, notre équipe a épluché les derniers chiffres officiels. En 2020, notre pays a bien enregistré 10 364 demandes d’asile de réfugiés afghans. Plus de 72% de ces dossiers ont été acceptés. Nous sommes plutôt à 7 sur 10 qu’à 9 sur dix. Même si, c’est vrai que depuis 2018, les Afghans représentent la première nationalité protégée par le droit d’asile par les Français.

Mais attention, contrairement à ce que dit Stanislas Guérini, ils étaient jusqu’à présent très peu à obtenir le statut de réfugié. Plus de 85% obtenaient, ce qu’on appelle la protection subsidiaire, qui est moins protectrice, avec un titre de séjour de 4 ans, par exemple, au lieu de 10. Évidemment, pour les réfugiés, la situation risque de s’inverser avec le retour des talibans au pouvoir.

Par rapport au reste de l’Europe et sur les 50 000 demandes déposés au sein de l’Union européenne, notre pays, avec ses 10 000 dossiers, en enregistre moins que l’Allemagne et la Grèce. C’est la même chose en ce qui concerne le nombre d'admissions. Nous ne sommes pas les premiers, même si l’Allemagne propose des statuts plus précaires que les nôtres.

Ces réfugiés afghans sont essentiellement des hommes, des jeunes, venus des campagnes afghanes pour plusieurs années de route. Plus d’un tiers d’entre eux n’ont jamais été scolarisés et seulement 6% sont diplômés du supérieur. Cela n’a rien à voir avec ceux que notre pays accueille en ce moment, qui sont des familles de magistrats, de journalistes, d’interprètes.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "The Voice All Stars": Anne Sila remporte la finale

Présidentielle 2022 - "Il n'y a pas de Jupiter" : pour son premier meeting, Anne Hidalgo s'en prend à Emmanuel Macron

Turquie : Erdogan annonce l'expulsion d'une dizaine d'ambassadeurs, dont celui de France

Présidentielle 2022 : Eric Zemmour remet en cause les limitations de vitesse et veut supprimer le permis à points

Colombie : Otoniel, le plus grand trafiquant de drogue du pays, capturé dans la jungle

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.