VIDEO - Que faire quand on est témoin de violences sur une femme ?

DirectLCI
BONS RÉFLEXES - Face à une situation de violences ou à la parole d'une victime d'agression, il n'est pas forcément évident de savoir comment réagir. À l'occasion de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, LCI a compilé les différentes manières d'agir, en tant que témoin d'un fait de violence sur une femme.

Il est des situations qu'il est plus facile de ne pas voir, des confidences qu'il est plus aisé de ne pas entendre. Mais quand il est question de violences envers les femmes, l'intervention bienveillante et efficace d'un tiers peut souvent faire la différence. À l'occasion du 25 novembre et de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, voici une piqûre de rappel à l'adresse des témoins. Comment réagir, que conseiller, qui contacter ? Nous faisons le point, selon la situation dans laquelle vous vous trouvez. 

Face à une victime de violences conjugales

Les chiffres : En France, en moyenne, 223.000 femmes sont victimes de violences physiques ou sexuelles de la part de leur conjoint, chaque année (étude INSEE - ONDRP).


Si vous soupçonnez une situation de violences conjugales, il est important de réagir dès les premiers signes. Vous pouvez tenter d'aborder le sujet avec la victime, en l'absence, bien entendu, du potentiel agresseur. Mais il existe également des professionels vers lesquels vous tourner.


Ainsi, les travailleurs sociaux de la mairie ou du conseil départemental devraient pouvoir vous écouter. Autre solution : entrer en contact avec des associations spécialisées dans les violences. L'association Solidarité Femmes, par exemple, traite les appels des victimes et de leurs proches au 3919.

Attention néanmoins, ces associations ne sont pas compétentes en situation d'urgence. Dans ces cas-là, il faut composer le 17 pour la police, le 15 pour le Samu ou le 18 pour les pompiers. 

Face à une victime de viol ou d'agression sexuelle

Les chiffres : en France, en moyenne, 84.000 femmes sont victimes de viol ou de tentative de viol, chaque année. (étude INSEE - ONDRP


Si les faits sont passés, le mieux est de proposer une écoute, un soutien et une aide juridique à la victime. Là encore, des associations sont là pour ça : c'est notamment le cas de "Viols Femmes Informations" au 0 800 05 95 95. Ce numéro est anonyme et gratuit, du lundi au vendredI.

Face à une victime de harcèlement sexuel au travail

Les chiffres : Une femme sur cinq a déjà été confrontée au harcèlement sexuel dans le cadre de son travail (source : Ifop, 2014). 


Dans ce genre de situation, plusieurs interlocuteurs ou interlocutrices sont à votre disposition. Imaginons qu'une collègue se confie à vous : vous pouvez lui conseiller d'aller en parler à la médecine du travail, qui saura prendre les choses en main. Les syndicats de votre entreprise sont également à alerter. Enfin, il existe une association à l'écoute des victimes : l'AVFT, association contre les violences faites aux femmes au travail, joignable au 01 45 84 24 24.

Venir en aide à une victime : ce n'est pas une bonne action !

Et puis un dernier rappel pour la route : intervenir auprès d'une victime, ce n'est pas faire une BA pour soulager sa conscience. La non-assistance à personne en danger est punie par la loi. Ne pas agir, quand on peut mettre fin à un délit ou un crime par une action immédiate, sans danger pour soi-même, est passible de cinq ans de prison et de 75.000 euros d'amende.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter