VIDÉO - Jusqu'à quand peut-on présenter ses vœux ? Ce prof de courtoisie vous dit tout sur les règles de bienséance

Société
PROTOCOLE - C’est le passage obligé de chaque début d’année. La présentation des vœux à ses proches ou à une relation professionnelle s’apparente parfois à une corvée, voire au casse-tête. Pour vous aider à les formuler (si vous ne l'avez pas encore fait) et éviter les impairs, LCI a demandé au professeur de savoir-vivre Sébastien Talon quelles étaient les règles à respecter.

Quand faut-il les présenter ? A qui les adresser ? Si vous êtes résolu à réussir vos vœux de nouvelle année 2018, les conseils de Sébastien Talon,  professeur de savoir-vivre à la Belle École, établissement parisien spécialisé dans l'"art de vivre à la française", pourraient s’avérer précieux avant d’appuyer sur la touche "envoi" d’un sms ou (mieux) de prendre la plume.

Quand les présenter ?

Pas de panique pour ceux à qui l’exercice donne des sueurs froides : le protocole nous laisse un mois entier pour s’y plier, jusqu’au 31 janvier. Mais attention tout de même à ne pas trop tarder. "Idéalement, on envoie ses vœux dans la première quinzaine", explique Sébastien Talon, qui préconise aux retardataires de ne pas dépasser la date du 25, afin d’être sûr que leurs destinataires les reçoivent à temps et d’éviter de leur donner le sentiment qu’ils ont été négligés.

À qui les adresser ?

"Aux personnes qui comptent et à celles à qui l’on veut marquer une attention particulière", résume Sébastien Talon. Mais pas n’importe comment si l’on veut respecter l’étiquette. N’attendez pas ainsi, par exemple, que votre grand-mère vous présente ses vœux pour lui répondre, car c’est plutôt à vous de prendre les devants : "Dans les familles, c'est le cadet qui doit présenter le premier ses vœux à l’aîné", souligne Sébastien Talon. De la même manière "en ce qui concerne son patron, c'est le subordonné qui doit d’abord les adresser à son supérieur hiérarchique". Et "dans le cadre des relations commerciales, c'est le fournisseur qui va s'adresser à son client, pour lui marquer une certaine forme d'importance".

En vidéo

Le retour de la carte postale pour les vœux de nouvel An

Sous quelle forme ?

Coup de fil, lettre, sms, mail… Tout est permis. Ou presque. " Il faut simplement savoir que la voie postale paraîtra plus formelle et valorisée que le SMS", plus familier, fait valoir Sébastien Talon, qui pour sa part a largement recours au courrier pour adresser ses vœux, voire au mail dans le cadre professionnel. La règle est simple : "Plus la personne est importante, plus on privilégiera la dimension postale, et donc écrite, manuscrite. Une carte avec un message préimprimé ne suffit pas."

Comment faire mouche ?

Un seul mot d’ordre : éviter au maximum, même s’ils ne sont pas interdits, les messages génériques envoyés à tout son répertoire. "La clé, c'est de toucher la personne, de chercher non pas son propre plaisir mais le sien", développe notre expert en courtoisie.  "Vous verrez, plus vous serez dans la personnalisation, plus les retours et remerciements seront importants", poursuit-il en indiquant que de son côté, il aime "souhaiter aux personnes qu'elles aient ce que leur cœur désire : une promotion, un départ en voyage... Pour la venue d’un enfant par exemple, on souhaite que la grossesse se passe bien".

Des erreurs à éviter ?

Attention à ne pas vouloir être drôle à tout prix. Les jeux de mots sont à proscrire aux yeux de Sébastien Talon : "À l'écrit, l'humour ne passe pas, et on ne sait jamais dans quel état d'esprit est la personne qui va recevoir le message". Il faut également éviter de parler d’argent, une barrière culturelle en France. Et  surtout "faire attention, dans le contenu des messages, à ne pas rappeler des éléments qui ont été négatifs et problématiques" au cours de l’année écoulée. Pour résumer, oubliez les formules du type :"En 2018, je te souhaite du fric et un meilleur transit !"

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Tout pour briller à Noël

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter