"Justice pour Théo" : heurts à Barbès, 49 interpellations dans toute la France

"Justice pour Théo" : heurts à Barbès, 49 interpellations dans toute la France

PROTESTATION – Des heurts entre forces de l’ordre et manifestants ont éclaté mercredi soir dans le quartier de Barbès à Paris (XVIIIe arrondissement), où quelques centaines de personnes étaient rassemblées en soutien au jeune Théo, violemment interpellé à Aulnay-sous-Bois, et pour dénoncer les violences policières.

Des heurts entre forces de l’ordre et manifestants ont éclaté mercredi en fin de journée dans le quartier de Barbès où environ 400 personnes s'étaient réunies pour dénoncer les violences policières et demander "justice pour Théo", suite à l'arrestation dramatique du jeune homme de 22 ans, deux semaines plus tôt à Aulnay-sous-Bois. La station Barbès-Rochechouart a été fermée par la police et la plupart des commerces alentours ont abaissé leur rideau par peur de débordements. 

Il faut dire que la précaution était de mise. Sous le métro aérien, étroitement quadrillé par les forces de l'ordre, les manifestants, parmi lesquels nombre de militants antifascistes et anarchistes, avaient allumé quelques fumigènes et mis le feu à des poubelles. Quelques-uns, cagoulés ou masqués pour la plupart, avaient également lancé des bouteilles et autres projectiles contre les policiers. Ces derniers ont répliqué en chargeant les manifestants et en effectuant des tirs nourris de gaz lacrymogènes. Des scènes visibles sur plusieurs photos et vidéos publiées sur les réseaux sociaux (voir ci-dessous). Le Parisien a également noté que quelques dizaines de personnes ont ensuite été semer la panique du côté de République.

Toute l'info sur

L'affaire Théo

Près de 250 interpellations en dix jours

Les manifestations se sont multipliées, en région parisienne mais aussi en province, depuis la violente interpellation début février à Aulnay-sous-Bois de Théo, jeune homme noir de 22 ans, qui a débouché sur la mise en examen de quatre policiers dont un pour viol, et alors qu'un ami du jeune homme, Mohamed K., a lui aussi accusé l'un de ses policiers de violences policières, quelques jours plus tôt, ouvrant la voie à la saisine de l'IGPN par le ministère de l'Intérieur. La nuit dernière, selon nos informations, 21 personnes ont été interpellées à Rouen (Seine-Maritime), 17 à Saint-Ouen-l'Aumône (Val d'OIse), sept à Argenteuil (Val de Marne), quatre à Lille (Nord), trois à Creil (Oise) et une à Paris, lors de différents rassemblements.

En dépit des appels au calme du gouvernement et de Théo lui-même, de nombreux incidents ont eu lieu ces derniers jours, en banlieue notamment. Et si les manifestations sont souvent pacifiques au départ, elles ont régulièrement dégénéré, comme à Bobigny ce samedi. Quelque 245 interpellations ont ainsi été recensées depuis le déclenchement des violences urbaines le 4 février, débouchant sur 236 gardes à vue, dont 168 sur Paris et les trois départements de la Petite couronne (Seine-Saint-Denis, Hauts-de-Seine et Val-de-Marne). 

Lire aussi

En vidéo

Un homme porte plainte contre le policier déjà mis en cause dans l'affaire Théo

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne, cinq morts et plusieurs blessés

EXCLUSIF - "J'ai vu la mort arriver" : Romain Grosjean raconte son effroyable accident

EN DIRECT - Covid-19 : des "mesures restrictives" pour les Français souhaitant skier à l'étranger : Macron crée la polémique

Roumanie : un mystérieux monolithe métallique découvert, semblable à celui trouvé dans l'Utah

EN DIRECT - Vendée Globe : Escoffier possiblement récupéré par une frégate le 7 décembre

Lire et commenter