La fabuleuse histoire du jean

La fabuleuse histoire du jean

Parmi les incontournables des soldes, il y a le jean. Il s'en vend aujourd'hui dans le monde 73 par seconde. Comment un vêtement de travail du 19è siècle est devenu le plus indémodable des pantalons ?

Coupe, Slim, large, délavé, déchiré... Il épouse toutes les silhouettes et s'est taillé une place à part dans nos armoires. Le jean s'écoule à 73 exemplaires par seconde dans le monde. II ne connaît donc aucun rival. Un exploit pour celui qui n'est au départ qu'un vêtement de travail américain.

Toute l'info sur

Le WE

Il faut aujourd'hui aller récupérer les vestes et les salopettes, des anciens chercheurs d'or dans les anciennes mines. Et ils sont une poignée d'Américains comme Bryan Khatava à y consacrer toute leur énergie. On les a baptisés les chasseurs de jeans. Et écoutez comment cet ancien maçon a mis la main sur l'un des plus vieux Lewis de l'histoire, intact, daté du 1876, et revendu 150 000 dollars. " Personne n'était entré dans la mine. Elle était scellée. Je l'ai donc ouvert pour voir ce qu'il y avait et j'ai découvert un lieu qui était habité. Toutes les affaires personnelles d'un mineur. Il y avait même un lit", raconte-t-il.

Le jean va bientôt aussi habiller les marines et les G.I américains. Une exposition accessible en ligne lui rend hommage en ce moment à la cité des Sciences. C'est une plongée dans l'histoire d'un vêtement qui n'est au départ qu'un tissu. Le denim, coton plongé dans l'indigo, sert à fabriquer des tentes et des bâches avant d'être révolutionné par un certain Monsieur Levi Strauss, marchand installé en San Francisco, avec son tailleur Jacob Davis qui a l'idée de renforcer les coutures des poches avec des rivets de cuivres pour les rendre plus résistantes. Le jean, pantalon à cinq poches est né, plus technique qu'il n'y paraît.

Mais dans les années 60, deux Français Marithé et François Girbaud décident d'en découdre avec les règles. Leur jean a des poches élargis. Ils déplacent aussi l'étiquette sur la braguette, et surtout, ils inventent le jean neuf déjà vieilli. Leur conscience écologique leur fait aujourd'hui regretter ce procédé, trop gourmand en eau.

Aujourd'hui, la mode est aussi un retour à la toile brute. Épicentre de fabrication, le Japon. Là-bas, ils refont toujours sur des vieux métiers à tisser. Don,c c'est un processus beaucoup plus lourd, plus lent mais plus qualitatif. Et ironie de l'histoire, devinez d'où proviennent ces machines à tisser, et bien des États-Unis, quand les Américains après la Seconde Guerre mondiale ont décidé de s'en débarrasser pour s'équiper avec des outils plus technologiques.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la mairie de Paris va proposer un confinement pour trois semaines

L'exécutif change de ton : ce que va annoncer Jean Castex à 18h

CARTE - Covid-19 : où en est l'épidémie dans votre département ?

CARTE - Covid-19 : la liste des 20 départements sous "surveillance renforcée", mesures possibles le 6 mars

PHOTO - La Nasa publie une vue panoramique de Mars prise par Perseverance

Lire et commenter