Le potager à la verticale, une solution pour les citadins qui souhaitent se mettre au jardinage

Le potager à la verticale, une solution pour les citadins qui souhaitent se mettre au jardinage

JARDINER EN VILLE – De plus en plus de citadins souhaitent se mettre au jardinage. Aujourd’hui, il est possible d’avoir son propre potager en milieu urbain mais, à la verticale. Une solution idoine pour cultiver ses légumes en plein centre-ville.

Manuella Katz est présidente d’une association culturelle, artistique et écologique. Avec les autres membres, elle a eu l’idée de créer un potager à la verticale sur le mur d’un immeuble de cinq mètres de haut. À l’aide d’un grillage et de laine non traitée, plusieurs rangées de légumes sont superposées en hauteur. Un système de cordes a été installé pour atteindre les plantations les plus hautes. "On peut passer d’une corde à l’autre, ce qui est beaucoup moins dangereux que l’échelle", explique Manuella. 

Pour elle, planter verticalement est une solution pour disposer de produits locaux. Avec son association, elle cherchait de nouveaux espaces à cultiver. "Il y a quantité de surfaces verticales qui ne sont pas utilisées et on s’est dit qu’en ville, pour se nourrir, avec des choses saines, de saison, c’est assez simple, il suffit de planter et de planter verticalement", ajoute-t-elle. Tous les fruits et légumes sont ainsi partagés entre les membres de l’association. 

Toute l'info sur

Impact positif

Pourquoi lancer Impact Positif ?

Valéry est, elle aussi, adepte de jardinage. Son petit deux pièces regorge de plantations diverses et variées jusque sur son balcon. Sur les quatre mètres carrés extérieurs poussent salades, courgettes ou encore potirons. Chose surprenante sachant qu’habituellement ces cultures rampent sur le sol. Avec un système de tuteurs, Valéry réussit à les faire pousser à la verticale. "J’installe en fait un certain nombre de structures pour pouvoir conduire les cultures, comme ici les petits pois pour optimiser au maximum ma surface de culture", dit-elle en montrant les jeunes pousses. 

Avec un public de plus en plus nombreux en ville, des magasins spécialisés dans le potager à la verticale ont ouvert en ville comme celui à Paris, que vous pouvez découvrir dans le reportage de TF1 en tête de cet article. Vente de matériel pour les cultures verticales, de graines, de terre, mais aussi précieux conseils de la vendeuse pour les novices en jardinage. "On sent clairement que les urbains ont envie de mettre les mains dans la terre, de revenir un petit peu à ce côté pratique. Ils ont envie d’observer une graine qui germe, qui pousse, de connaître tous les stades de croissance d’une plante", affirme-t-elle. 

Des minipotagers connectés

Des innovations surprenantes apparaissent, à l'aune de ce modèle de potager connecté qui gère l’arrosage, le réglage de la température et même la dose d’engrais. Loin d’être un gadget, le dispositif fonctionne. L’année dernière Yuriy a réussi à récolter 30 tomates. "Pendant presque un mois, on a mangé que des tomates maison. C’est très bien avec les gros légumes, les tomates, les concombres, les aubergines", déclare-t-il. Cet appareil connecté coûte aux alentours de 500 euros. 

Lire aussi

Si le potager vertical vous intéresse, sachez qu’il existe cependant certaines règles à respecter. Transformer son balcon en serre n’est pas autorisé et il faut veiller à ne pas inonder le voisin du dessous. Pour certains, ces potagers verticaux sont la clé de l’autonomie alimentaire. Ils représentent, pour eux, une solution à l’alimentation de la population qui sera plus dense d'ici à 2050, selon les prévisions. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Proche-Orient : Macron et Al-Sissi s'entretiennent avec le roi de Jordanie

Covid-19 : un tiers de la population de l'UE a reçu au moins une dose

La Commission européenne préconise-t-elle réellement de fixer la retraite à 70 ans ?

Carte bancaire : vos achats en ligne de plus de 30 euros désormais soumis à l'authentification forte

Gérald Darmanin s'invite à la manifestation des policiers devant l'Assemblée le 19 mai

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.