Le timbre rouge sur la sellette : qui s’en sert encore ?

Le timbre rouge sur la sellette : qui s’en sert encore ?

Il existe depuis un siècle et demi en France. Le célèbre timbre rouge qui orne nos enveloppes prioritaires va-t-il bientôt disparaître ? Il est de moins en moins utilisé et le nombre de lettres a diminué de moitié ces dix dernières années.

En 2010, les Français ont envoyé une cinquantaine de lettres prioritaires chaque année. Aujourd'hui, plus que cinq par an. En général, l'envoi de courriers s'effondre. En 2008, 18 milliards de lettres s'adressaient en France, contre 7,4 milliards en 2020. Même la traditionnelle carte postale n'a plus le vent en poupe.

Toute l'info sur

Le 20h

Dans cette boutique de souvenirs à Marseille, le gérant n'a vendu qu'une carte. "C'est toujours principalement des personnes assez âgées" comme Pierre et Carmen qui font de la résistance. Ils préfèrent surtout recevoir de lettres : "Bonjour papy, on t'embrasse. On les garde un certain temps sur le frigo". Quant aux rares jeunes qui s'intéressent aux cartes : "On ne les envoie pas, on les accroche pour décorer l'appart".

Pendant ce temps-là, La Poste doit continuer à honorer sa mission de services publics. Depuis des décennies, les courriers urgents sont envoyés de nuit en quelques heures. Mais aujourd'hui, ce modèle n'est plus du tout rentable. Les transporteurs et les facteurs continuent à se déplacer quotidiennement alors que les courriers urgents représentent moins de 5% des lettres. C'est pour ça que l'iconique timbre rouge est aujourd'hui menacé. Chez nos voisins suédois et italiens, cela fait déjà quelques années qu'il a été abandonné.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

AstraZeneca : "Un crève-cœur" pour ces médecins contraints de jeter des doses inutilisées

Affaire Mia : pourquoi l'alerte enlèvement a-t-elle été levée aussi rapidement ?

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Réouverture progressive : quelle pourrait être la situation épidémique mi-mai ?

Lire et commenter