Les partis pris : la cacophonie gouvernementale, gare au libéralisme au Texas et le cas des femmes djihadistes

Les partis pris : la cacophonie gouvernementale, gare au libéralisme au Texas et le cas des femmes djihadistes

Tous les soirs, Jean-Michel Apathie, François Lenglet et Abnousse Shalmani donnent leurs points de vue sur un sujet d'actualité dans 24H Pujadas sur LCI. Au programme : la cacophonie gouvernementale, le libéralisme au Texas et le cas des femmes djihadistes

La municipalité écologiste de Lyon propose un "menu unique sans viande" dans ses cantines scolaires pour des raisons sanitaires. Au sein de l'exécutif, les opinions divergent. La ministre de la Transition écologique, a regretté lundi "un débat préhistorique", prenant le contre-pied d'autres membres du gouvernement. Elle contredit ainsi le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, et le ministre de l'Agriculture, Julien Denormandie, pour qui le choix de la mairie de Lyon "exclut les classes populaires". Barbara Pompili distribue des baffes avec une violence que Jean-Michel Apathie n'en a jamais vu.

Toute l'info sur

24H Pujadas

Alors que des millions de foyers au Texas se retrouvaient privés d'électricité, de chauffage et d'eau potable durant une semaine où leur État était confronté à une vague de froid polaire, d'autres ont vu leur facture augmenter dans des proportions absolument inouïes, affichant des montants jusqu'à 17 000 dollars. On découvre à cette occasion que le système de gestion de l'électricité du Texas connaît bien des faiblesses. Pour François Lenglet, c'est toute la problématique du libéralisme de ces biens essentiels qui est posé. Il trouve qu'il y a là une leçon intéressante à méditer pour l'Europe.

Une dizaine de femmes djihadistes entament une grève de la faim pour protester contre le refus obstiné des autorités françaises d'organiser leur rapatriement et celui de leurs enfants. On rappelle que la politique de la France vis-à-vis des enfants de djihadiste est toujours de rapatrier au cas par cas. Quelque 80 femmes, qui avaient rejoint l’État islamique, et 200 enfants sont détenus dans des camps en Syrie gérés par les forces kurdes. Abnousse Shalmani estime que même si elles sont coupables, elles méritent un jugement et un procès digne de ce nom.

Du lundi au vendredi, à partir de 18h, David Pujadas apporte toute son expertise pour analyser l'actualité du jour avec pédagogie.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid : les décès et les admissions en réanimation en hausse

EN DIRECT - Affaire des "écoutes" : cette condamnation ne "correspond pas à la vérité", tacle Me Temime, l'avocat de Thierry Herzog

Son enfance en Algérie, son grand amour partagé : Marthe Villalonga ouvre ses jardins secrets

Le coronavirus ne sera pas vaincu d'ici la fin de l'année, selon l'OMS

Assouplissement des mesures anti-Covid : pourquoi Emmanuel Macron fixe-t-il un horizon de "4 à 6 semaines" ?

Lire et commenter