Les usagers du train face au casse-tête du couvre-feu en Normandie

Les usagers du train face au casse-tête du couvre-feu en Normandie

REPORTAGE - De nombreux voyageurs sont en colère en Normandie où le déplacement est devenu un casse-tête. Avec la crise et le couvre-feu, il y a deux fois moins de trains que d'habitude sur la ligne Paris-Granville.

Le réveil a sonné tôt ce jeudi matin pour les Normands qui doivent se rendre à Paris. Le dernier train de la matinée passe en effet à 7h14. De ce fait, il faut partir tôt. "D'habitude, je prends un train aux alentours de 10h et j'arrive à Paris vers midi. Mais là, je dois attendre de 10h jusqu'à 15h", confie un usager. Beaucoup arriveront à la capitale très en avance. D'autres sont même obligés de partir la veille avec le seul train de l'après-midi. Cela engendre bien évidemment des frais supplémentaires, mais ils n'ont pas le choix.

Toute l'info sur

Le 13h

Face à cette situation, un collectif a lancé une pétition pour le rétablissement des deux lignes. En quatre jours, plus de 1000 signatures ont été recueillies. D'ailleurs, leur suppression ont de lourdes conséquences sur certains usagers qui ont perdu leur emploi, car ils n'ont pas pu arriver à l'heure. À partir du mois prochain, la SNCF et la région devraient rétablir différents trajets supprimés en Normandie. Les lignes Paris-Rouen-Le Havre ont, elles aussi, été réduites.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Vaccination : les dates à connaître en fonction de votre tranche d’âge

EN DIRECT - Joe Biden promet suffisamment de vaccins pour tous les adultes américains "d'ici fin mai"

Quelles sont les alternatives au confinement le week-end ?

Son enfance en Algérie, son grand amour partagé : Marthe Villalonga ouvre ses jardins secrets

Covid-19 : AstraZeneca, itinéraire d'un vaccin décrié finalement réhabilité

Lire et commenter