Manifestation : la double peine pour les commerçants parisiens

Manifestation : la double peine pour les commerçants parisiens

Après un mois de fermeture en raison de l'épidémie de Covid-19, les commerçants parisiens doivent encore subir les manifestations. Ils n'ont pas vu un seul client samedi lors de la mobilisation contre la loi "Sécurité globale".

La vitrine tient encore debout, mais les coups violents ont bien failli en venir à bout. Samedi 28 novembre, ce concessionnaire du boulevard Beaumarchais a été attaqué, l'une de ses motos brûlée. Plus loin, des employés retirent les baies vitrées d'une terrasse d'un restaurant saccagé. En fin de manifestation, les propriétaires sont désespérés : "On est déjà dans la peine à cause de notre fermeture, voilà qu'on nous rajoute de la douleur". "Là on ne peut pas bosser et on nous détériore tout".

Toute l'info sur

Le WE

Quelques commerçants ont repris leur activité ce dimanche matin avec amertume. Cette boutique d’accessoires équitables n'a rien vendu pendant la manifestation. Elle a perdu la journée cruciale de réouverture. "On s'attendait à autre chose comme première journée. La manifestation n'est pas tombée au bon moment", confie Julie. Son voisin Jean-Claude espère vendre enfin les sapins qu'il n'a pas réussi à écouler la veille. "Premier jour de reprise, grosse manif, ça aide pas le commerce. J'ai vendu vingt sapins, c'est ridicule", déplore-t-il.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la Haute autorité de santé préconise d’élargir à 6 semaines le délai entre les 2 doses de vaccin à ARNm

EN DIRECT - Impeachment : le procès en destitution de Donald Trump commencera la 2e semaine de février

Biden à la Maison Blanche : comment il a redécoré le Bureau ovale

Comment la Chine se trouve de nouveau confrontée à l’épidémie, un an après son apparition

"On peut passer à autre chose" : greffe des bras et des épaules réussie pour Felix Gretarsson, une première mondiale

Lire et commenter