Militaires français tués au Mali : qui étaient ces trois jeunes soldats ?

Militaires français tués au Mali : qui étaient ces trois jeunes soldats ?

Trois soldats français ont été tués hier au Mali dans le cadre de l'opération Barkhane. Ils n'avaient que 21, 23 et 28 ans. On connaît maintenant les circonstances de leur mort. L'émotion est forte dans la Meuse, où le régiment est basé.

Ils se prénommaient Quentin, 21 ans, Dorian, 23 ans et Tanerii, 28 ans. Originaires de la Somme, du Périgord, de Tahiti, ils se sont rencontrés dans la caserne du 1er régiment de chasseurs à Thierville-sur-Meuse, petite ville d'environ trois mille habitants, aujourd'hui en deuil. "Ce sont des militaires qu'on voit tous les jours. On les voit sortir, se balader ou faire du sport. Quand on entend cette terrible nouvelle, ça nous vient droit au cœur", témoigne un riverain. Pour le maire (SE) : "c'est un peu comme si je perdais un membre de la famille". "J'ose dire famille parce que régiment, pour nous, c'est la famille", poursuit-il.

Toute l'info sur

Le 20h

Ces trois militaires étaient en mission au Mali depuis trois mois. Ils assuraient la sécurité d'un convoi parti de Hombori vers Gossi lorsque leur véhicule blindé est touché par une mine artisanale. Hombori, au cœur de la région dite des trois frontières, autrefois, un haut lieu du tourisme. Aujourd'hui, cerné par les terroristes.

Une équipe de TF1 était dans cette région il y a deux semaines, embarquée quelques jours en opération avec des militaires sur le qui-vive. La principale menace, ce sont les engins explosifs improvisés posés sur leur trajet par les terroristes, grâce à un réseau de ce qu'on surnomme "des sonnettes". Autrement dit, des habitants, qui en échange de petit salaire, donnent l'alerte, parfois de manière rudimentaire. "Souvent les miroirs. C'est ce qu'utilisent les sonnettes pour annoncer notre arrivée", explique le Brigadier-chef Méderic.

Dans cette région misérable, le but des 5 100 militaires de l'opération Barkhane, est d'affaiblir cet ennemi souvent insaisissable. Une lutte à 4 000 km de la France, pour limiter des attentats sur le sol français.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Ce que l'on sait de la mort de Maxime Beltra, décédé à 22 ans après une injection du vaccin Pfizer-BioNTech

PHOTO - Emmanuel Macron préside un conseil des ministres depuis son avion, un fait inédit

EN DIRECT - Covid-19 : le masque en extérieur fait son retour dans les villes de Haute-Loire

Quarantaine pour les Français vaccinés en Angleterre : Beaune juge la mesure "discriminatoire"

Le tableau des médailles des JO de Tokyo : la France stagne, malgré l'argent en aviron

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.