VIDÉO - NDDL : le grand nettoyage de la "route des chicanes" a commencé

Société
SUITES - Cinq jours après l'abandon du projet d'aéroport, l'opération de déblaiement de la route départementale 281, l'axe emblématique qui traverse la ZAD, par les opposants a débuté ce lundi. Un "chantier collectif" a notamment été lancé pour dégager la "route des chicanes" des pneus, épaves de voitures et autres barricades.

La "route des chicanes" sera bientôt libérée" et rendue à circulation. Réclamée par le gouvernement après l'abandon du projet d'aéroport à Notre Dame des Landes mercredi matin, l'opération de nettoyage de la route d'accès à la ZAD a été amorcée lundi, loin des journalistes, tenus à l'écart. 


Fermée aux véhicules depuis le 5 novembre 2012, par arrêté du Conseil général, la D281 est devenue le domaine des zadistes. À l'initiative de l'Acipa, l'association qui luttait contre le projet d'aéroport, un chantier collectif a été lancé pour reboucher les trous et enlever les pneus, barricades et ronces sur cette route "gardée" en permanence depuis des cabanes et miradors. 

Fourches, pelles et tracteurs pour tout déblayer

Dans la matinée, des opposants se déplaçant à pied, munis de pelles, de sacs-poubelles et de gants, ont passé les passages filtrant aux deux extrémités de la "route des chicances", au carrefour des Ardillères, à NDDL, et au bois Rignoux, à La Pâquelais. Des agriculteurs avec leurs tracteurs, souvent munis de remorques et de bennes, se sont également rendus vers le lieu de rendez-vous. Un cortège sollicité par les caméras et micros des journalistes, parqués à l'entrée du site, sous la bruine et le vent.


 "Revenez demain!", leur a lancé Geneviève Coiffard, membre de la coordination des opposants. "Il faut que ce soit un moment privé du mouvement antiaéroport", a-t-elle ajouté. "Il y a du travail", a admis à l'AFP Vincent Delabouglise, membre du collectif d'organisations agricoles Copain 44, sans préciser le nombre de tracteurs et remorques nécessaires pour "débarrasser ce qu'il y a à débarrasser". "C'est une opération collective. On a décidé de ne pas communiquer là-dessus, on vous demande de respecter ça", a-t-il justifié. Le projet d'aéroport "n'a plus lieu d'être, donc il faut nettoyer. Y'a du boulot", a souligné pour sa part Madeleine, une habitante de Fay-de-Bretagne, "souvent passée" sur cette route D281.

Mais comme l'expliquait dans un communiqué l'Acipa, les chicanes seront remplacées par "des ralentisseurs provisoires, puis par la suite des ralentisseurs pérennes, et des voies de passage seront créées pour" les tritons, salamandres et "autres habitants" du bocage.


En invitant ses sympathisants à lever les obstacles jonchant la route, l'Acipa n'a toutefois pas exclu de la refermer "si des menaces d'expulsion venaient à se concrétiser" contre les occupants de la ZAD.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Notre-Dame-des-Landes : après l'abandon et l'évacuation, le dépôt des dossiers

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter