VIDÉO - Notre-Dame presque hors de danger : découvrez nos images exclusives

VIDÉO - Notre-Dame presque hors de danger : découvrez nos images exclusives

REPORTAGE - Deux ans et demi après l'incendie de Notre-Dame, grâce au travail acharné de centaines d'ouvriers et d'artisans, la cathédrale ne risque plus de s'effondrer. Le JT de TF1 a filmé en exclusivité les images de cette ultime phase de sécurisation.

Les nuits sont courtes à Notre-Dame de Paris. Dès 7 heures du matin, la lumière revient sur un chantier qui ne s'arrête jamais vraiment. L'architecte en chef, Philippe Villeneuve, est, lui aussi, sur la brèche. Il est toujours sur le qui-vive depuis le 15 avril 2019. "Jusqu'à présent, on était en train de veiller à ce que ça ne tombe pas, s'assurer que tout était en sécurité pour les personnes et puis pour le monument. Maintenant on va pouvoir aller travailler sur le monument, donc on va pouvoir passer à la phase active et positive", dit-il dans la vidéo en tête de cet article. 

Toute l'info sur

Incendie à Notre-Dame : un symbole de Paris dévasté par le feu

Un toit coulissant facilite désormais le travail et protège l'édifice de la pluie et des infiltrations d'eau. À l'intérieur, 1.000 tonnes d'échafaudage occupent presque tout le volume. Ils ont servi à la consolidation et serviront à la reconstruction. Mais pour les échafaudeurs, pas le droit à l'erreur. "Vu le poids qu'on amène là-dessus - on est quand même pratiquement à 60 tonnes sur 3 mètres de long - on a intérêt à être costaud. C’est pour ça aussi que les poteaux sont démultipliés pour rajouter des appuis", explique Didier Cuiset, directeur d'Europe-Échafaudages. 

Un chantier hors normes

La dernière phase de la sécurisation se joue en partie à 80 mètres d'altitude avec un personnage clé, le grutier. Il doit faire face à des opérations délicates comme passer une pièce de bois de 6 mètres de long dans la croisée du transept, dans le trou laissé par la disparition de la flèche. 

Une vraie prouesse technique. "On est quand même sur un chantier hors normes. Pour moi, c’est une première et je suis fier d'être là", avance Fayçal Aït-Saïd. Avant d'expliquer où réside toute la difficulté de sa tâche : "Au milieu de la croisée, le vent part en tourbillon, et du coup, il faut à chaque fois contrôler sa charge pour éviter qu'elle ne commence à balancer". 

Le trou de la croisée qui était une plaie béante sur Notre-Dame, trouve en fait aujourd'hui toute son utilité. "Au début il faisait peur à tout le monde et maintenant on s'aperçoit qu'il va avoir son importance. Il va nous faciliter le travail tout en restant prudent bien sûr parce qu'on n’a pas le droit à l'erreur", souligne le charpentier, Yves Macel.

Dans la nef, à 25 mètres de hauteur, un  plancher a été installé pour poser des cintres qui vont soutenir les voutes fragilisées par l'incendie ; elles risquaient de s'effondrer. Après six mois de travail, l'opération s'achève. La nef et la croisée du transept ont changé de visage. Les charpentiers font un dernier tour d'inspection avant de s'éclipser et laisser la place aux tailleurs de pierre et aux maçons. "On a un petit pincement au cœur du fait que ça se termine. Deux ans et demi, c'est énorme", poursuit Yves Macel. 

Lire aussi

Une nouvelle phase va maintenant s'enclencher. "C'est émouvant pour tous les gens qui suivent ce chantier parce qu'on se dit qu'on tient le bon bout. On voit qu'on est maintenant prêt à aller de l'avant et à tenir le délai de 2024", conclut Jean-Louis Georgelin, le président de l'établissement public chargé de la conservation et la restauration de Notre-Dame.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

SONDAGE EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : Le Pen, Zemmour et Bertrand toujours au coude-à-coude

EN DIRECT - Covid-19 : le seuil des 6000 cas à nouveau franchi ce mercredi

"Maintenant, il va falloir qu'il se calme" : Jean-Michel Blanquer recadre Eric Zemmour

Tempête Aurore : 9 départements en vigilance orange, des rafales jusqu'à 130 km/h attendues

Tempête Aurore : ce qui vous attend ce soir et cette nuit de la Bretagne à Paris

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.