"On paye pour les inconscients" : le couvre-feu à 18h passe mal dans les villes où le virus circule peu

"On paye pour les inconscients" : le couvre-feu à 18h passe mal dans les villes où le virus circule peu

RESTRICTIONS - Le couvre-feu à 18h va désormais concerner l'ensemble de la France. Comment réagit-on là où le virus circule peu ? Reportage au Mans et à Saint-Brieuc.

Un couvre-feu avancé à 18h ? Le sujet est au cœur de toutes les conversations sur le marché de Saint-Brieuc. Le Premier ministre Jean Castex l'a annoncé ce jeudi : plus aucun département n'est épargné par cette mesure qui entre en vigueur ce samedi "pour au moins 15 jours". Pourtant, dans le département des Côtes d'Armor où le taux d'incidence du coronavirus est le plus bas en métropole, avec 64 nouveaux cas testés positifs pour 100.000 habitants, ces nouvelles mesures sont difficiles à accepter pour certains habitants. "C'est la région où il y a le moins de cas de Covid donc je ne comprends pas pourquoi on nous mettrait le couvre-feu à 18h", s'étonne ainsi un commerçant. "On paye pour les inconscients", estime de son côté une riveraine.

Ces nouvelles mesures seront également difficiles à supporter pour Camille et son compagnon, contraints de vendre uniquement des boissons à emporter pour rembourser les travaux dans leur établissement. "On subit, c'est-à-dire qu'aujourd'hui, si je n'avais pas la vente à emporter, sincèrement, c'était les Restos du cœur", témoigne Zulfukar Dalli, cogérant du Père Moustache. Autre activité touchée, les services à la personne comme les coiffeurs. Avancer le couvre-feu à 18h va faire perdre à Gaëlle Courcoux, gérante du Salon Jan, 10 à 15% de son chiffre d'affaires. "Je commençais à m'en sortir, mais là, on va payer pour les autres", dit-elle.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

En vidéo

Couvre-feu à 18h dans les Côtes-d'Armor : qu'en pensent les habitants ?

Lire aussi

On va être pénalisé avec un couvre-feu à 18h. On va appliquer, comme toujours, mais je ne peux que regretter cette décision.- Stéphane Le Foll, maire (PS) du Mans

Même son de cloche dans la Sarthe, où le taux d'incidence du coronavirus est également l'un des plus bas de France, avec 110 cas pour 100.000 habitants. Guillaume Livet, boulanger au Mans pourrait, par exemple, perdre jusqu'à 30% de son chiffre d'affaires. "On fait tous les efforts, et on a à chaque fois cette sensation d'être puni", regrette-t-il. Même désarroi chez les vendeurs de vêtements. "Ce qui est difficile, c'est de revoir toujours sa copie tous les quinze jours", s'inquiète Catherine Sasso, gérante du concept-store Klubb. Cette dernière va devoir fermer plus tôt et sacrifier l'heure la plus précieuse de sa journée. "Aujourd'hui les fins de journée, ce sont des créneaux horaires qui nous permettent de faire notre chiffre", confirme-t-elle.

Pour Stéphane Le Foll, le maire (PS) du Mans, des restrictions locales auraient été préférables. "On va être pénalisé avec un couvre-feu à 18h. On va appliquer, comme toujours, mais je ne peux que regretter cette décision", souligne-t-il. Pourtant, même si le département de la Sarthe est moins touché par l'épidémie, les médecins ne tiennent pas le même discours, car l'apparition du variant anglais plus contagieux ne laisse pas d'autre choix. "On n'a pas envie de se retrouver dans la situation des Anglais avec une souche beaucoup plus virulente avec beaucoup plus de contaminations. Il faudra bien des mesures plus drastiques en attendant que la vaccination puisse monter en puissance", avance ainsi le docteur Véronique Jaguelin.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : les quais de Seine évacués par les forces de l'ordre

Patrick J. Adams, le mari de Meghan dans "Suits", dénonce l'attitude "obscène" de Buckingham

Affaire des "écoutes" : après Nicolas Sarkozy, le Parquet national financier fait appel de la décision

Comportement, climat, géographie... pourquoi les chiffres du Covid font-ils le yoyo d'une région à une autre ?

Vaccination des soignants : comment expliquer les disparités entre professions ?

Lire et commenter