VIDÉO - Opération coup de poing des agriculteurs sur les Champs-Elysées : la visite surprise de Nicolas Hulot

VIDÉO - Opération coup de poing des agriculteurs sur les Champs-Elysées : la visite surprise de Nicolas Hulot

PARIS - Quelques dizaines d'agriculteurs sont venus "réveiller" Emmanuel Macron ce vendredi matin en bloquant une partie des Champs-Elysées. Objectif : défendre l'utilisation du glyphosate, un herbicide dont la France souhaite l'interdiction prochaine. Un sujet épineux dont ils ont débattu sous les yeux des caméras avec Nicolas Hulot, venu à leur rencontre.

"Macron tue les agriculteurs". C'est derrière ce slogan que des agriculteurs ont bloqué ce vendredi matin les Champs-Elysées, où ils ont déversé du foin, provoquant quelques tensions avec les forces de l'ordre. Une action à l'initiative de la FNSEA, le principal syndicat du secteur, visant à défendre l'utilisation du glyphosate, l'herbicide le plus répandu en Europe et dont le président de la République Emmanuel Macron souhaite l'interdiction au niveau européen. Un herbicide dont ils ont pu débattre non pas avec le chef de l'Etat mais avec le ministre de l'Environnement : Nicolas Hulot, dont des manifestants réclamaient le départ du gouvernement, est en effet venu à leur rencontre, en milieu de matinée.

Les agriculteurs étaient quelques dizaines sur place, selon LCI. "M. Macron veut être le M. Propre du monde mais est le fossoyeur de l'agriculture", a déclaré Frédéric Arnoult, président de Jeunes agriculteurs d'Ile-de-France. "Comment on peut vouloir vendre du rêve aux Français sur une alimentation saine, alors qu'on nous enlève nos moyens de production ?", a-t-il demandé. 

En vidéo

Opération coup de poing : les agriculteurs bloquent les Champs-Élysées

Lire aussi

Une question qu'il a pu directement poser au ministre de l'Environnement. Entre un passage chez Europe 1 et le Conseil des ministres, Nicolas Hulot a en effet pris quelques minutes pour rendre visite aux agriculteurs.  "Moi, je ne prends aucun risque avec la santé. Je ne suis pas scientifique, donc je ne vais pas affirmer des choses simplement de ma boule de cristal. Je ne veux pas nous retrouver, dans quelques années, ni vous, ni moi, ni vos responsables devant la justice, parce que nous aurons su les choses et que nous n'aurons pas pris nos responsabilités, a-t-il lancé aux agriculteurs. Si l'on tombe dans le piège de se dresser les uns contre les autres, on sera tous perdants".

Suite à leur mobilisation, une délégation des agriculteurs avaient été reçus auparavant durant plus d'une heure par la conseillère agriculteur du chef de l'Etat à l'Elysée. Les manifestants protestaient contre la possibilité d'importer des produits agricoles traités à des herbicides comme le glyphosate, alors même que la FNSEA craint que le gouvernement interdise unilatéralement l'emploi de tels herbicides en France. ette substance active entre notamment dans la composition du Roundup, le produit phare du groupe américain Monsanto. Il y a quelques jours, la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA) avait estimé que "la suppression du glyphosate balayerait d’un revers de main les efforts entrepris de longue date par les agriculteurs français, leurs outils de recherche et de développement, et toute une filière de progrès, acteur clé de la transition écologique que la société appelle de ses vœux".

En juillet, la Commission européenne a proposé le renouvellement pour dix ans de la licence du glyphosate, qui expire fin 2017. Le vote sur l'autorisation de cet herbicide pourrait avoir lieu le 5 ou 6 octobre au sein d'un comité d'experts.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Proche-Orient : deux nouveaux morts en Israël après des tirs de roquettes depuis Gaza

Covid-19 : un tiers de la population de l'UE a reçu au moins une dose

La Commission européenne préconise-t-elle réellement de fixer la retraite à 70 ans ?

Carte bancaire : vos achats en ligne de plus de 30 euros désormais soumis à l'authentification forte

Gérald Darmanin s'invite à la manifestation des policiers devant l'Assemblée le 19 mai

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.