VIDÉO - "Oui, c'est maman" : âgées de 79 et 86 ans, les filles du couple retrouvé momifié en Suisse témoignent

DirectLCI
ÉMOTION - Deux des enfants encore en vie de Marcelin et Francine Dumoulin, disparus il y a 75 ans, ont fait part de leur soulagement après la découverte des corps de leurs parents sur territoire valaisan. Parfaitement conservés, ils gisaient, proches l'un de l'autre, avec à leur côté des sacs à dos, une bouteille, un livre et une montre.

Elles avaient 4 et 11 ans quand leurs parents n'ont plus donné signe de vie. Alors que la police suisse a confirmé ce mercredi que l'homme et la femme découverts momifiés dans un glacier en Suisse étaient bien un couple disparu il y a 75 ans, leurs filles ont fait part de leur émotion.


"La dernière fois que j'ai vu mes parents c'est le matin du 15 août 1942, quand ils sont partis et qu'ils m'ont donné la tâche de m'occuper de mes jeunes frères et soeurs", se remémore Monique Gautschy-Dumoulin, 86 ans. Ce jour là, son père, cordonnier, et sa mère, institutrice, étaient partis à pied du village de Chandolin pour aller voir leur bétail dans les montagnes. 


"J'ai tellement eu du plaisir d'avoir eu des parents comme ça, et puis qu'après plus rien. C'est quelque chose que j'oublierai le jour où je fermerai les yeux pour la dernière fois", confie-t-elle.


Lorsqu'ils ont été découverts, les corps de Marcelin Dumoulin et de son épouse Francine Dumoulin, âgés de 40 et 37 ans, parfaitement conservés gisaient, proches l'un de l'autre, avec à leur côté des sacs à dos, une bouteille, un livre et une montre. Un employé du domaine skiable Glacier 3000 effectuait une visite de routine dans le glacier de Tsanfleuron, à 2.615 mètres d'altitude, lorsqu'il a donné l'alerte aux policiers, jeudi dernier.

En vidéo

un couple retrouvé momifié dans les Alpes

L'hommage se transforme en enterrement

"Quand ils m'ont répondu 'oui, elle a un costume de l'époque, des bas noirs et des souliers cloutés', j'ai dit : oui, c'est maman", se réjouit Marceline Udry-Dumoulin, aujourd'hui âgée de 79 ans. "Je suis heureuse", sourit-elle. Et de poursuivre : "Je n'ai pas connu les parents. Vous savez à 4 ans, on est des petiots. Mais je me rappelle comme si c'était hier de voir pleurer ma tante au fond des escaliers. Elle me serrait et je ne comprenais pas pourquoi."


La cadette, qui avait 4 ans à l'époque, est la seule qui a pu être adoptée par une tante. Après deux mois et demi de recherches infructueuses, ses six frères et soeurs ont dû être placés dans des familles d'accueil. 


Cette année pour les 75 ans de la disparition de leurs parents, les deux filles avaient décidé de leur rendre hommage. Ce dernier se transformera en enterrement, le plus joyeux possible.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter