Ouragan Maria : "J’ai vu des toits s’envoler", nous raconte Charlotte, habitante de Guadeloupe calfeutrée chez elle

MÉTÉO - Maria a fondu sur la Guadeloupe dans la nuit de lundi à mardi, obligeant ses habitants à rester calfeutrés chez eux. C'est le cas de Charlotte que nous avons pu joindre et qui nous raconte l'angoisse dans laquelle elle, et son compagnon, attendent que l'ouragan passe.

"On entend le vent rentrer dans les volets roulants. Le bruit, les sifflements du vent, on les entend traverser les fenêtres, et de l’eau coule par les fenêtres. J'ai vu des toits s'envoler." Charlotte habite Basse-Terre, en Guadeloupe. Comme tous les habitants de l’île, elle est calfeutrée chez elle, alors que Maria se rapproche toujours plus. Et les premiers signes sont déjà là : vents violents, trombes d’eau... Elle raconte à LCI la situation. Et l’inquiétude règne.


"J'ai eu mon petit ami au téléphone", raconte-t-elle. "Il est à Saint-Claude (dans le sud de la Guadeloupe, ndlr). Du coup il s'est réfugié dans sa voiture et il attend que ça se passe. On a appelé les pompiers et personne ne peut se déplacer." Le vent forcit et chaque habitant tente de se calfeutrer au maximum. "Le vent a commencé à rentrer dans le salon, du coup on a mis des sommiers pour pas que cela ne passe, on a mis du scotch sur les baies vitrées. On fait le maximum pour rester bien en sécurité", dit Charlotte.

Sur Twitter, la préfecture a rappelé les consignes de sécurité, incitant tous les habitants à se mettre en sécurité, et diffusé une vidéo d’un parking lessivé par l’ouragan, alors que Maria se dirigeait dans la nuit de lundi à mardi vers la Guadeloupe après avoir touché la Martinique et fait des ravages en Dominique. Tout ça, une dizaine de jours après le passage destructeur d'Irma à Saint-Martin et Saint-Barthélemy.

A l’approche de la Guadeloupe, l'ouragan, qui avait atteint la catégorie maximale 5 lundi soir, était dans la nuit revenu à la catégorie 4 mais restait "extrêmement dangereux", selon le Centre national des ouragans (NHC) américain.


Maria a touché auparavant la Martinique, où 33.000 foyers ont été privés d'électricité, selon la préfecture, mais le bilan des dégâts était encore difficile à établir, du fait de la nuit et de la violence des vents. Le pic du phénomène en Guadeloupe était attendu à 3 h du matin locales (9 h à Paris), selon la préfecture qui a insisté: "Chacun doit rester à l'abri et ne sortir sous aucun prétexte". 


A 01H30 du matin, elle a diffusé une vidéo d'un parking lessivé par l'ouragan et enjoint: "Les vents sont extrêmement violents. Restez confinés". Le préfet a là aussi ordonné la fermeture des écoles et des administrations et entreprises. "Ce cyclone Maria fera très mal, à n'en pas douter!", a tweeté l'ancien député de Guadeloupe et ministre PS des Outre-mer Victorin Lurel. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Ouragan Irma : les Antilles pansent leurs plaies

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter