Des restaurateurs rouvrent leurs portes pour les salariés du BTP dans les Pyrénées-Atlantiques

Des restaurateurs rouvrent leurs portes pour les salariés du BTP dans les Pyrénées-Atlantiques

CORONAVIRUS - Une poignée de restaurateurs du sud-ouest de la France rouvrent leurs établissements afin d'offrir un peu de chaleur et de confort aux salariés du bâtiment, contraints de déjeuner sur le pouce et dans le froid depuis des mois.

En dépit du contexte sanitaire, l'agitation bat son plein dans un restaurant de Biarritz. Cela faisait pourtant des mois que la zone industrielle de la ville était plongée dans la morosité. Mais depuis ce lundi 18 janvier, une dérogation préfectorale a autorisé certains restaurateurs à rouvrir leurs portes aux salariés du Bâtiment et des Travaux Publics (BTP). 

 Après de nombreux repas avalés en vitesse sur les chantiers, ils se réjouissent de pouvoir à nouveau déjeuner dans un lieu chaleureux. "Quand on travaille dehors, c'est bien effectivement de pouvoir se poser un peu, de manger au chaud, un plat bien chaud", affirme l'un d'eux devant les caméras de TF1. "On mange toujours dans le froid, des fois pour certains sous la pluie. C'est bien qu'on nous laisse l'opportunité d'avoir un toit sur la tête et qu'on nous laisse manger tranquillement", relate un salarié. "Ça fait du bien d'enlever le masque, de voir du monde, de pouvoir remanger normalement", lance une jeune femme. 

Une mesure visiblement attendue par les professionnels du secteur. "C'était difficile, ils n'en pouvaient plus, raconte Rachel Thiery, gérante du Café Grand Biarritz à LCI. Lorsque nous faisions des ventes à emporter, ils continuaient à venir mais repartaient avec leurs paniers repas pour manger quelques mètres plus loin dans leur camion avec le chauffage."

Toute l'info sur

Le WE

Des règles sanitaires strictes

Dans ce restaurant où la convivialité règne de nouveau, les conversations bruyantes n'empêchent pas le respect des règles sanitaires en vigueur : jauge réduite, vérification de la carte professionnelle à l'entrée, gel hydraulique sur les mains, distance entre les tables, position assise en quinconce et port du masque pour se déplacer. "On retrouve presque une ambiance normale avec des personnes qui discutent, boivent des cafés, ça fait du bien", se réjouit la directrice. "Ce serait bien que ce soit le début de l'élargissement de la réouverture des restaurants le midi de façon générale."

Pour l'heure, c'est la Fédération Française du Bâtiment (FFB) qui délivre cette autorisation après une négociation de plusieurs mois avec la préfecture des Pyrénées-Atlantiques. L'employeur n'a plus qu'à faire signer une convention à un unique restaurateur afin d'éviter tout risque de cluster. "Dès l'instant où elle est signée, les salariés (d'une même entreprise, ndlr) venir manger tous les jours dans le même restaurant", explique Sébastien Labourdette, président de la fédération du BTP des Pyrénées-Atlantiques, sur TF1.

"Cela s'est fait avec une grande simplicité. Il nous a suffi de signer un document officiel faisant foi en cas de contrôle des autorités", complète Rachel Thiery. "Nous avons dû rapidement remettre le restaurant en place pour accueillir les premiers clients cette semaine." La gérante continue par ailleurs de proposer des plats à emporter en attendant de savoir si le retour partiel des clients est rentable. Si ce n'est pas le cas, elle continuera à faire appel au fond de solidarité. 

Une dizaine de départements concernés

Lire aussi

Une cinquantaine de restaurants de la région des Pyrénées-Atlantiques sont concernés pour cette réouverture partielle. À l'échelle nationale, ce sont une dizaine de départements qui emboîtent le pas.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Épidémie "préoccupante", restrictions locales : le gouvernement change de ton

EN DIRECT - 31.519 cas de Covid-19 recensés en 24 heures, du jamais vu depuis novembre dernier

Les patients hospitalisés pour Covid de plus en plus jeunes : comment l'expliquer ?

CARTE - Covid-19 : où en est l'épidémie dans votre département ?

Covid-19 : quels sont les départements où la situation est "très préoccupante" ?

Lire et commenter