Plaque d'immatriculation usurpée en Dordogne : le cauchemar d'un couple recevant les PV d'un autre depuis 3 ans

Plaque d'immatriculation usurpée en Dordogne : le cauchemar d'un couple recevant les PV d'un autre depuis 3 ans

CAUCHEMAR ADMINISTRATIF - Un couple de Dordogne appelle à l'aide, car depuis plus de trois ans, ils ne cessent d'être prélevés pour des infractions routières qu'ils n'ont pas commises, après l'usurpation de la plaque d'immatriculation de leur voiture.

Le cauchemar administratif de ce couple de Vergt, en Dordogne, dure depuis plus de trois ans. À l’été 2018, Nadine et Joël Porcher sont victimes d'un chauffard en région parisienne : l'immatriculation de leur voiture est usurpée et les sanctions ne tardent pas à tomber. "On pensait que ça n’irait pas loin, vu qu’on n'avait pas fait d’infraction", explique Joël. "Le temps qu'on fasse les démarches, on était à quatorze amendes". "Il en tombait parfois deux par jour", raconte sa compagne Nadine. 

Toute l'info sur

Le 13H

"On ne sait pas si on va arriver à récupérer notre argent"

Stationnement gênant, excès de vitesse, feu rouge grillé... la somme des amendes majorées atteint plusieurs milliers d'euros. Le couple a rapidement prouvé qu'il n'était pas à Paris lors des infractions, mais l'administration lui réclame encore près de 800 euros d'arriéré. "Je n’en peux, j’en ai marre", lâche Nadine. "Avec le temps que ça met, ce n’est pourtant toujours pas résolu." Et d’ajouter : "il y a un problème, quelqu’un ne fait pas son travail, je ne comprends pas".

Lire aussi

En déposant des plaintes contre X, Nadine et Joël ont obtenu le remboursement d'une partie des sommes avancées. Mais dans le même temps, leurs comptes bancaires ont continués à être ponctionnés. Une situation ubuesque dont ils ne voient pas l'issue. "On a peur, on est inquiet", glisse Nadine. "On ne sait pas en réalité si on va arriver à récupérer notre argent, renchérit son compagnon. "C'est usant et pénible." 

Désormais, tous les espoirs du couple reposent sur la Commission des contentieux du stationnement payant, une juridiction administrative spécialisée qu'ils ont saisie. Mais ils attendent une réponse depuis un an.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - L'insuffisance de la vaccination et du dépistage est un "cocktail toxique", selon l'OMS

"Un provocateur à la Donald Trump" : la candidature d'Eric Zemmour vue par la presse anglo-saxonne

Pots entre collègues, cantine d'entreprise... Ce que préconise le gouvernement pour les repas au travail

VIDÉO - Los Angeles : le fiasco de "The One", la maison la plus chère du monde

Covid-19 : plus de 10.000 patients hospitalisés, "la situation est en train de s'aggraver", annonce Olivier Véran

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.