VIDÉO - Mystère en Bretagne : mais comment cette camionnette a pu atterrir sur le toit d'un Abribus ?

À Plounéventer (Finistère), une fourgonnette a été posée sans dommage et sans aucun témoin, sur le toit d'un abri de bus. Comment cela a-t-il été fait ? Nos reporters ont mené l'enquête.

PLOUNÉVENTER - Les habitants de cette petite commune du Finistère ont eu une drôle de surprise lundi matin. Un véhicule utilitaire trônait au-dessus de l'abri, sans que personne sache comment il était arrivé là.

À Plounéventer, petite commune de 2200 habitants du centre-Finistère, depuis lundi matin, chacun y va de son hypothèse : un policier en planque dans sa voiture a-t-il fait les frais d'une bande de costauds, comme Coluche dans une scène mémorable d'Inspecteur La Bavure ? Un blagueur a-t-il monté le Peugeot Partner d'un rival à l'aide d'un manitou ? À moins que cela soit l'œuvre d'un amateur d'art contemporain en hommage à la statue dédiée à Johnny à Paris, en haut de laquelle une Harley Davidson est perchée ?  

"C’est le mystère total, concède le capitaine Christophe Laval à Ouest-France. On sait à qui appartient le véhicule, mais on ignore comment il est arrivé là et surtout pourquoi". "Cela a dû se faire dans la nuit, et discrètement puisque les voisins n’ont pas entendu de bruit", assure le maire de la commune au Télégramme alors qu'une enquête est ouverte pour faire la lumière sur ce mystère.

Depuis, la fourgonnette a été retirée de son piédestal par les services de la commune qui ont dû utiliser un engin de levage. Selon Le Télégramme, la piste d’un simple différend local pourrait être la bonne. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Que risquera-t-on en roulant sans pneus hiver après lundi prochain ? Le 20H vous répond

EN DIRECT - Procès du 13-Novembre : des proches de victimes du Bataclan et des policiers entendus ce mercredi

"C’est ridicule" : la colère monte face aux routes bloquées de la frontière franco-espagnole

VIDÉO – Un an de précipitations en 48h : la Sicile frappée par des inondations meurtrières

Plus de 5000 cas de Covid-19 par jour : peut-on déjà parler de "cinquième vague" de l'épidémie ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.