VIDÉO - Police de proximité : à Fuenlabrada, en Espagne, ça marche très bien

Société
DirectLCI
CIVISME - Alors que Gérard Collomb a annoncé la création d'une "police de la sécurité du quotidien" d'ici la fin de l'année en France, le débat sur l'efficacité de la police de proximité fait son retour. En Espagne, une ville moyenne au sud de Madrid l'expérimente depuis une dizaine d'année. Avec des résultats qui feraient pâlir d'envie beaucoup de maires.

Un contrôle de routine, des policiers qui s’approchent d’un citoyen, le saluent et lui demandent ses papiers d’identité. Le ton est cordial, l’homme s’exécute. Sans même avoir à demander pourquoi il fait l’objet de ce contrôle, les policiers lui expliquent calmement que plusieurs cambriolages ont eu lieu récemment dans la zone. Le contrôle ne dure que quelques secondes et les fonctionnaires de police remettent au civil un procès-verbal avec un récépissé sur lequel ses droits sont notifiés.


La scène se déroule à Fuenlabrada, ville populaire de plus de 200.000 habitants dans la banlieue de Madrid. Depuis une dizaine d'années, le maire socialiste Manuel Robles Delgado a complètement chamboulé l'organisation de la police.


Des contrôles plus ciblés, une approche moins sécuritaire, un rapport avec les citoyens moins tendu... en tout cas la recette semble fonctionner puisqu'en 10 ans, le taux de criminalité a baissé de 25%.

Ce qu’on veut éviter, c’est les discriminations raciales et les contrôles au faciès...Sergio Urdiales Varela, policier municipal à Fuenlabrada

La ville s'est dotée d'une brigade spéciale dédiée au dialogue communautaire, la brigade de la diversité. Unique en son genre, cette unité rend visite chaque mois aux représentants des différentes communautés et jouent un rôle de médiateur pour désamorcer les tensions. La brigade est aussi là pour montrer que la police n'est pas qu'une institution coercitive et qu'elle peut jouer un vrai rôle dans la vie de la communauté.


Cette approche a permis aux fonctionnaires de gagner la confiance des administrés et la police à Fuentlabrada est particulièrement respectée.

Une police mixte qui a su évoluer avec ses habitants

Dans cette cité industrielle où 16 % des habitants sont issus de l'immigration, la police a également su s'adapter aux changements sociaux. Majoritairement blanche et catholique dans les années 1980, elle prend un soin particulier à recruter parmi les populations étrangères. Le nombre de femmes a aussi été multiplié par 5 en 10 ans.


Le commissariat organise plusieurs fois par an des séminaires sur des thèmes de société pour former ses agents.

Tout le monde se sent protégé, y compris les immigrésUne habitante de Fuenlabrada

Bien entendu, Fuenlabrada connaît des problèmes de délinquance, comme dans toutes villes de plus de 200.000 habitants, mais cette police de proximité semble faire consensus, jusque chez les élus de l'opposition.


Au moins deux autres villes espagnoles vont tester des dispositifs similaires et le secret de cette police modèle intéresse au-delà des frontières. Le commissariat a reçu plusieurs délégations venant notamment des Etats-Unis, de France, d'Israël et de Palestine.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter