VIDÉO - "Prenez-nous de haut !" : une employée d'Air France ignorée par ses dirigeants

SOCIÉTÉ
INDIFFÉRENCE - Tournée lundi 5 octobre après l'interruption du comité directeur d'Air France, une vidéo montre une employée de la compagnie aérienne interpeller des dirigeants. Postée lundi soir sur Facebook, elle a été vue plus de 40.000 fois.

Du climat social incroyablement lourd qui règne depuis des semaines à Air France, on retient surtout, pour l'instant, la violence dont a pu faire preuve une poignée de salariés en colère, lundi 5 octobre, alors que la direction a annoncé la suppression de 2900 postes. Ou encore le refus déguisé en entêtement des pilotes de ligne de travailler deux heures supplémentaires chaque semaine pour un salaire équivalent.

De la nature du dialogue social, en revanche, beaucoup moins d'informations ont percé. Mais la vidéo qui suit, tournée après l'interruption du comité de direction d'Air France, lundi 5 octobre, parle d'elle-même. Qu'y voit-on ? Une employée d'Air France, vraisemblablement hôtesse d'accueil, qui tente, en vain, d'interpeller des cadres dirigeants restés dans la salle. Une autre forme de violence, plus symbolique qu'une chemise arrachée ?

EN SAVOIR + >> PHOTOS – Air France : retour sur la folle journée de lundi

Cette femme réclame un dialogue, enchaînant les arguments : "On nous a demandé de faire des efforts, on les a faits. Ça fait quatre ans qu'on n'a pas été augmentés. Et c'est nous qui trinquons. Et on nous demande encore d’être gentils et de comprendre ? Que les acquis, ça évolue ? L’âge pour faire travailler les enfants, ça évolue, aussi ? C’est quoi, c’est six ans, huit ans, 22 ans ?"

"Prenez-nous de haut, monsieur"

En face, pas de réaction, à peine un sourire gêné qui laisse entendre que les cadres dirigeants interpellés ont pris conscience de la présence de cette femme.

EN SAVOIR + >> Plan de départs à Air France : l’aéroport de Marseille le plus touché

Une indifférence qui ne manque pas d'énerver les employés grévistes : "Quelle politesse, s'exclame ainsi la femme qui filme la scène. Est-ce qu’on aurait le droit de dialoguer, de parler ? Est-ce qu’on pourrait au moins avoir un retour ?" Derechef, en face, on ignore la requête. Un homme en costume, d’un ton très las, répond : “Mais on n’est pas habilité, on n’est pas habilité."

"Prenez-nous de haut, monsieur, prenez-nous de haut", reprend la première intervenante. Un de ses camarades grévistes lui emboîte le pas : "Mais lui, il s’en bat les c*******, il gagne 20.000 euros par mois". "Bien sûr qu’il s’en fout : moi, je gagne 1800 euros, reprend sa collègue. C’est ça qui ruine Air France ?”

"Même ça, vous pouvez pas nous le donner"

Et les grévistes de rappeler leurs reproches aux dirigeants présents : "Bien sûr, il faut prendre les clients en considération, mais nous, on nous prend en considération ? L’annonce qui a été faite ce matin (lundi) à 10h, on l’entend depuis samedi aux informations. C’est normal d’apprendre par voie de presse combien d’entre nous vont sauter ? Dont certains ont 30 ans d’ancienneté ? Et qui ont amené Air France au plus haut de sa gloire ? C’est certainement pas vous qui avez emmené Air France à ce niveau-là."

"On n'est pas venu chercher le conflit, on n'est pas venu pour être violents, ni vous manquer de respect. Juste pour avoir des réponses, pour avoir le sentiment, l’impression d’être pris en compte. Mais même ça, vous ne pouvez pas nous le donner. Et pourtant, je peux vous dire que cet uniforme, on le porte avec fierté. On se bat pour notre compagnie."

Vidéo incomplète, selon Air France

En face, toujours rien. Aucune réaction. Les dirigeants ont les yeux plantés vers leurs chaussures, un sourire en coin, comme pour attendre que l’orage cesse de gronder. La suite de la journée prouvera que rien n'était plus éloigné de la réalité.

En fin d'après-midi, la compagnie Air France a fait savoir à metronews que la vidéo ne montre pas toute la scène, et notamment un dialogue entre Pierre-Olivier Bandet et les salariés d'Air France. "Cette discussion entre Pierre Olivier Bandet et les salariés d'Air France n'apparaît malheureusement pas dans cette vidéo. La direction d'Air France a pour priorité de maintenir le dialogue social", ajoute-t-on.

EN SAVOIR +
>> Après les violences, le parquet de Bobigny ouvre une enquête
>> VIDÉO : Air France, un DRH poursuivi par la foule

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter