Prix de la lotte : comment expliquer un tel écart ?

Prix de la lotte : comment expliquer un tel écart ?

Le poisson est un aliment généralement cher. La lotte par exemple est vendue jusqu'à 35 euros le kilo. Mais les pécheurs le vendent à un prix modique de 3 euros le kilo. Comment expliquer une telle marge de 1 à 10 ?

Ils ont passé plus d'une semaine en mer. De retour à quai, la lotte est vendue à 3,5 euros le kilo. Les restaurants sont fermés et les prix chutent. Mais ce n'est pas tout. Selon des pêcheurs bretons, la grande distribution privilégie le poisson étranger et d'origine lointaine comme l'Islande, Norvège et même l'Océan Indien. Cela parce que les prix sont bas.

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Les intermédiaires, grossistes, transporteurs, mareyeurs sont-ils ceux qui s'enrichissent sur le dos des pêcheurs ? Selon le ministère de l'Agriculture, la part de l'intermédiaire augmente depuis cinq ans. Ils auraient plus de frais selon Guénolé Merveilleux, président du groupe Océalliance. Cela en raison de l'augmentation du prix du pétrole qui conduit à une hausse du prix du transport. Si les emballages venaient aussi à augmenter, ils seraient obligés de répercuter le prix sur le produit.

Manger de la lotte péché à 500 kilomètres a donc un coût. Les pêcheurs, sans qui il n'y a pas de poisson, aimeraient pourtant en voir un peu plus la couleur.

Découvrez la version podcast de l'émission "Brunet Direct"

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d’écoute préférée : 

Sur APPLE PODCAST

Sur DEEZER 

Sur SPOTIFY 

Du lundi au vendredi, de 10H00 à 12H00, le présentateur prendra le temps d’analyser et de mettre en perspective les grands sujets d’actualité. Grande nouveauté de la rentrée, les téléspectateurs pourront intervenir en direct, interagir avec les invités en plateau pour livrer leurs points de vue et leur vécu. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : une réunion à l'Élysée pour préparer la réouverture des lieux fermés

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Le plan Alerte enlèvement levé dans les Vosges pour Mia, 8 ans, toujours recherchée

EN DIRECT - "Nous avons encore devant nous des jours difficiles à l'hôpital", prévient Attal

Lire et commenter