Propriétaires : deux diagnostics électricité et gaz désormais obligatoires

DirectLCI
ÉVALUATION - Depuis le 1er juillet, les propriétaires d’un bien à louer ont l’obligation de fournir deux nouveaux diagnostics gaz et électricité. De nouveaux papiers et dépenses qui visent à réduire le nombre d’accidents.

Un de plus. Après le diagnostic Loi Carrez, le DPE (dépense énergétique), l’amiante ou le plomb, les propriétaires ne pourront s’affranchir de deux petits nouveaux : le gaz et l’électricité. La mesure voulue par le gouvernement concerne tous les immeubles construits avant 1975, soit une grande partie du parc immobilier français. Les diagnostics complets, une fois obtenus, devront être transmis par les propriétaires aux locataires.

Organisme agréé

Mais attention, ces diagnostics ne peuvent pas être réalisés par n’importe qui. Seuls les professionnels agréés sont habilités à les faire. Ils viennent vérifier les installations de la maison, de la distance de sécurité des prises dans les pièces d’eau, aux tableaux électriques par exemple. Tout est passé en revue. Un bilan qui dure "entre deux et trois heures" selon Hassan Kotbi, électricien à Bordeaux. "Cela dépend de la surface. On doit vérifier toutes les prises, de la section à la mise en terre".

200 € à 300 € pour un diagnostic complet

Idem pour le gaz. Selon la superficie justement, les tarifs varient de 89 € à 149 € pour le diagnostic électricité alors que celui du gaz est plafonné à 139 €. En moyenne, il faut donc compter 200 € à 300 € selon la propriété. "C’est contraignant pour moi mais vraiment rassurant pour le locataire", reconnaît une propriétaire. Au moins, je pars tranquille et je sais que je laisse la maison aux normes. C’est très rassurant."

Réduire au maximum les accidents

Les bilans sont valables six ans. Néanmoins, si les résultats ne sont pas bons, les propriétaires ne sont en aucun cas tenus de réaliser les travaux de mise aux normes. "Le locataire va faire son choix. Il sera informé grâce à ce diagnostic de l’état électrique et gaz. Il peut ainsi décider de ne pas louer", explique Marion Giendaj, responsable de la communication d’Hellocasa, la plateforme internet de bricolage. Le gouvernement souhaite ainsi réduire le nombre d’incidents domestiques. Chaque année, il y a plus de 80.000 incidents électriques et des milliers d’incidents corporels. 30 personnes meurent d’électrocution aussi chaque année à la maison.

Plus d'articles

Sur le même sujet