Quand les hologrammes remplacent les animaux sauvages dans les cirques

Quand les hologrammes remplacent les animaux sauvages dans les cirques

Il n'y aura bientôt plus d'animaux dans les cirques. La pratique va être interdite. Mais sous certains chapiteaux, on a commencé à s'adapter avec des hologrammes. Illustration dans ce cirque.

Des acrobates, des cracheurs de feu... A première vue, rien d'étonnant. Mais sous ce chapiteau, le clou du spectacle ce sont eux : les hologrammes d'animaux. Ce cirque est 100% humain avec des animaux virtuels qui, dans les yeux des spectateurs, font l'unanimité. “C’est merveilleux, c'est vrai qu’on ne s'y attend pas à voir ça.” “ça avait l’air réel”. Pour les habitués du cirque, l'illusion est au rendez-vous. “Les animaux en 3D comme ça, c'est spectaculaire, c'est vraiment très bien”. “C'est superbe, on en prend plein les yeux, c'est épatant”.

Toute l'info sur

Le 20h

Pour obtenir ce résultat, c'est une véritable chorégraphie qui se joue en coulisses. Nous avons assisté aux dernières répétitions en régie juste avant le spectacle. “L’idée, c'est de projeter sur un matériau extrêmement fin et quasi-transparent et par un jeu de reflets, le faire percevoir par le public dans la salle”, explique Olivier Clapé, régisseur vidéo. “Le faire dans un chapiteau de cirque où en plus on partage le plateau et l'installation avec des acrobates, des funambules, c'est un petit challenge quand même“.

Il a fallu six mois pour créer ces hologrammes à partir de photos et vidéos d'animaux en chair et en os. “On le modélise étape par étape. C'est-à-dire que nous faisons d'abord un squelette, puis la texture vient dessus. Et enfin nous faisons l'animation du lion. Le but est d’essayer d'aller le plus près possible du réalisme”, explique Mihran Kalayciyan, directeur de l’agence “Stilla Studio” et cocréateur des hologrammes.

Le prix d'un billet est similaire à celui d'un cirque traditionnel : une trentaine d’euros. Les spectateurs offrent une ovation à André-Joseph Bouglione, premier circassien en France à se séparer des animaux. “Je suis persuadé que c'est une nouvelle ère du cirque et que mes confrères vont m’emboîter le pas. Je le souhaite pour les animaux et je le souhaite aussi pour le cirque en général”, se réjouit le directeur de l’Ecocirque éponyme. L’enjeu est de taille. Un texte de loi prévoit d'interdire les animaux sauvages dans les cirques d'ici quelques années. Ils n'auront alors pas d'autre choix que de se réinventer.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 61.000 nouveaux cas en 24 heures, "record" de cette 5e vague

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary : une troisième personne décédée

Faut-il se refaire intégralement vacciner si on est en retard pour sa 3e dose ? Le 20H vous répond

EN DIRECT - Une candidature commune à gauche ? "Ça ne s'improvise pas", affirme François Hollande

VIDÉO - "Plus jamais ça" : l'alerte des parents de l'ado électrocutée par son téléphone en prenant un bain

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.