VIDEO - Quand Valérie Pécresse promettait de ne pas toucher au prix du Passe Navigo

SOCIÉTÉ

PASSION ARCHIVES - Alors candidate à la présidence de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse n’avait pas de mots assez durs contre la hausse du prix du passe Navigo unique. Elle, assurait-elle, n’y toucherait pas "pour ne pas jouer avec le pouvoir d’achat des Franciliens". Dommage, la promesse est non tenue : on vient d'apprendre que le passe Navigo augmentera de trois euros au 1er août prochain.

Mauvaise nouvelle pour les Franciliens. Alors qu’il a atteint les 70 euros en septembre 2015, le passe Navigo unique, permettant de voyager en transports en commun dans toute l’Ile-de-France, devrait encore voir son prix augmenter… et grimper jusqu’à 73 euros à partir du mois d’août prochain. Une hausse de 4% qui intervient sous la présidence de Valérie Pécresse (LR), à la tête de la région. Elle qui, pendant sa campagne, promettait pourtant de ne pas y toucher.

Faisons un saut dans le passé. Pas bien loin, juste de quelques mois. Nous sommes en mai 2015. Dans une interview donnée à nos confrères de 20 minutes , Valérie Pécresse, alors candidate Les Républicains à la présidence de la région Ile-de-France, ne manque pas une occasion de dénigrer le bilan de son rival, Jean-Paul Huchon. Et de critiquer le fameux passe Navigo unique : "Le problème n’est pas le passe Navigo unique à 70 euros, mais son absence de financement. Il manque 300 millions d’euros par an. Qui va payer ? Le contribuable ? Alors oui, si je suis élue, je m’engage à maintenir ce passe Navigo à tarif unique, mais sans augmenter les impôts. Je ne le remettrai pas en cause parce qu’il n’est pas question de jouer avec le pouvoir d’achat des Franciliens."

EN SAVOIR + >> Paris : le prix du passe Navigo augmente, mais moins que prévu 

"Une hausse injustifiable"

"Pas question de jouer avec le pouvoir d’achat des Franciliens". Un leitmotif de campagne électorale qui revient, à plusieurs reprises, dans ses interviews et ses débats de l’époque. Le 1er décembre 2015, Valérie Pécresse affronte le candidat du Front de gauche, Pierre Laurent, en débat dans le 17eme arrondissement. Là encore, elle promet : "Je maintiendrai le passe Navigo à 70 euros, parce que je ne jouerai pas avec le pouvoir d’achat des Franciliens."

Contacté ce lundi 27 juin par metronews juste après l'annonce de la hausse, l'entourage de Valérie Pécresse, à la région Ile-de-France, assure :  "Elle n'a jamais dit qu'elle maintiendrait le passe à 70 euros. Elle s'était engagée à sauver le passe Navigo unique, et c'est ce qu'elle vient de faire en obtenant des ressources pérennes de la part du Premier ministre. Cette augmentation de trois euros servira à l'amélioration des services, tel que le renouvellement de 700 trains, la vidéosurveillance ou encore le 'plan parking'." Dommage, alors, que sa promesse ait été capturée en vidéo lors de ce fameux débat :

Répression des fraudes et aide aux étrangers

Alors que s’est-il passé ? Qu’est-il arrivé aux promesses de campagne de Valérie Pécresse ? Pour maintenir le prix du passe Navigo, la candidate prévoyait de s’appuyer sur "la lutte contre les fraudes dans les transports" et de supprimer le tarif préférentiel accordé aux étrangers en situation illégale. Ces mesures ont-elles été appliquées ? Et si oui, ont-elles rempli les caisses ?

Pas tout à fait. Dans l'entourage de la présidente de région, on donne à metronews des prévisions : "La suppression de l'aide aux étrangers en situation irrégulière devrait rapporter, sur une année pleine, 40 millions d'euros. Quant à la répression des fraudes, elle devrait se situer à hauteur de 30 millions d'euros." Des recettes bien loin de remplir le déficit de 300 millions d'euros dans les caisses du syndicat des transports d'Ile-de-France. "Valérie Pécresse n'a jamais dit que ces mesures suffiraient" nous assure-t-on. "Pour elle, les promesses ont été tenues".

Lire et commenter