VIDÉO - Qui sont les manifestants anti-pass sanitaire ?

VIDÉO - Qui sont les manifestants anti-pass sanitaire ?

CONTESTATION - Les opposants au pass sanitaire ont à nouveau manifesté samedi pour le troisième week-end consécutif. Plus de 200.000 personnes se sont réunies dans plus de 150 villes de France. Mais qui sont ces manifestants ? TF1 est allé à leur rencontre.

Comme dans toutes les manifestations, il y a ceux qui parlent fort dans les micros et qui attirent les regards. Puis, il y a ceux plus réservés qui composent l'essentiel du cortège. Une majorité discrète à qui nous avons donné la parole ce samedi 31 juillet, alors que plus de 200.000 opposants à l'extension du pass sanitaire et à l'obligation vaccinale pour certaines professions battaient le pavé dans plus de 150 villes de France.

Toute l'info sur

Le WE

Novices ou habitués des cortèges

Laure Touret, présente dans l'un des cortèges parisiens, a 33 ans. Elle est avocate et habite dans la capitale. "C'est la première manifestation que je fais de toute ma vie", nous confie-t-elle. En 2017, lors de l'élection présidentielle, la jeune femme comptait pourtant parmi les électeurs d'Emmanuel Macron. Quatre ans après, elle se présente comme apolitique. 

"Je me suis dit que Macron pouvait représenter un espoir, c'est vrai que je ne m'attendais pas du tout par contre à voir un tel autoritarisme", reprend-elle. Je comprends que le gouvernement soit sous une grande pression, mais aujourd'hui, je trouve que là, il y a des atteintes aux libertés qui ne sont pas justifiées."

Lire aussi

Contrairement à la juriste, son engagement à lui ne date pas d'hier : Daniel Delattre, 68 ans, "se bat depuis l'âge de 17 ans", souligne-t-il. Cet ancien chauffeur routier du nord à la retraite, Gilet jaune de la première heure, ne croit plus en la politique. "Voter pour qui ? La peste ou le choléra, pour moi, c'est pareil. J'étais sur sa liste comme beaucoup de monde à l'époque, on a voté pour eux et finalement, on s'est fait avoir."

Méfiance envers les médias traditionnels

Dans les cortèges, on croise aussi des professionnels de santé comme Laurence Witkowski, 52 ans. Il y a encore six mois, elle travaillait dans un hôpital public. Aujourd'hui en congé sans solde, Laurence, non vaccinée, ne se sentait plus à sa place à l'hôpital. "On avait une pression de la direction. On nous a beaucoup encouragés à se faire vacciner", témoigne-t-elle.

Comme beaucoup de manifestants que nous avons rencontrés, Laurence s'informe exclusivement sur les réseaux sociaux. Parce qu’elle se méfie des médias traditionnels. "On n'a qu'un seul discours et je n'ai pas l'impression qu'on donne la liberté à certaines personnes de pouvoir s'exprimer sur les médias traditionnels", affirme-t-elle sans plus de précisions. Qu'ils soient novices ou habitués, tous nous l’ont assuré : cette manifestation ne sera pas la dernière.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "Danse avec les stars" : Wejdene éliminée, Bilal Hassani arrive en tête du classement

Rémy Daillet, figure des milieux complotistes, mis en examen pour association de malfaiteurs terroristes

EN DIRECT - Covid-19 : le taux d'incidence remonte en Allemagne, pour atteindre son niveau de mai

Grève à la SNCF : 8 trains sur 10 sur la ligne TGV Atlantique ce samedi

Drogue au volant : l'étau se resserre sur les fumeurs de cannabis

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.