Rave-party : le phénomène inquiète les autorités

Rave-party : le phénomène inquiète les autorités

Après la rave-party dans les Côtes-d'Armor jeudi soir, une autre a été organisée à Paris samedi. Les forces de l'ordre ont dû intervenir.

Toute la nuit à Couchey (Côte-d'Or), les enceintes ont crashé une techno assourdissante. Tôt ce dimanche matin, ils étaient toujours environ 400 à danser collés les uns aux autres dans une menuiserie désinfectée. Une rave-party non autorisée à laquelle les gendarmes ont mis fin avec une interpellation et 165 verbalisations pour non-respect des règles sanitaires. Un raveur rencontré ce matin assume totalement.

Toute l'info sur

Le WE

La même scène s'est déroulée à Paris dans le quartier de Bercy. Près de 300 jeunes fêtards s'étaient donné rendez-vous dans le parc, à l'encontre là aussi de toutes les règles anti-Covid. Les forces de l'ordre qui sont venus les déloger ont été immédiatement accueillis à coup de projectiles et d'insultes. A en croire certains raveurs, leur liberté et leur amour de la musique seraient dangereusement remis en cause par les autorités. Là, trois personnes ont été interpellées et le matériel sono a été saisi.

Ces rave-party improvisées restent peu nombreuses, mais elles semblent être en plein essor depuis quelques jours. Policiers et gendarmes constatent que leur démantèlement se passe rarement dans le calme.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Météo estivale pour quasiment tout le monde ce week-end, des pointes à 32°C attendues !

Avignon : un policier tué par balles dans le centre-ville, le tireur en fuite

EN DIRECT - La catastrophe se poursuit en Inde, près de 4000 décès et 412.000 contaminations au Covid-19 en 24 heures

Un morceau de fusée chinoise continue sa chute vers la Terre, sans que l'on sache sa destination

Les brocantes et vide-greniers sont-ils maintenus ? Le 20H vous répond

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.