VIDÉO - Réforme de la SNCF : qui est le cheminot qui a vivement interpellé Macron lors de sa visite à Saint-Dié ?

PORTRAIT - En visite ce mercredi à Saint-Dié, dans les Vosges, Emmanuel Macron était attendu à la sortie de la mairie par des cheminots en colère. L'un d'entre eux, Jérôme Maes, a échangé de longues minutes avec le président de la République, qui a défendu la nécessité de la réforme ferroviaire.

Il a interpellé Emmanuel Macron lors de sa visite à Saint-Dié-des-Vosges ce mercredi. De passage dans la petite localité des Vosges, où il entendait poursuivre sa reconquête des territoires ruraux, le chef de l'État a été accueilli par les sifflets de plusieurs cheminots présents devant la mairie, où il venait de s'exprimer. Le président de la République s'est alors dirigé vers eux pour discuter de la réforme de la SNCF. Et plus précisément avec l'un d'entre eux, Jérôme Maes, qui lui a demandé de "reprendre la dette". 


"Ce n'est pas le statut des cheminots qui a créé la dette", a notamment affirmé le cheminot, militant CGT, lors de cet échange tendu, s'inquiétant de devoir conduire un train jusqu'à 65 ans. "J'ai toujours respecté les cheminots", lui a répondu Emmanuel Macron. "Cette réforme, on en a besoin, croyez-moi". Interrogé sur LCI dans la foulée, Jérôme Maes a expliqué avoir "fait passer (ses) messages". "Je l'attendais pour essayer de discuter", a-t-il ajouté lorsqu'on lui a demandé s'il avait été surpris de voir le Président aller à leur contact. "Il ne s'attendait peut-être pas à avoir autant de répartie avec tous les copains derrière nous".

Conducteur de TER depuis 17 ans

Il y a quelques jours, le quotidien régional L'Est Républicain avait consacré un portrait à Jérôme Maes. Conducteur de TER dans le Grand-Est depuis 17 ans, cet homme de 38 ans est aussi un syndicaliste engagé, puisqu'il office en tant que délégué du personnel CGT à Nancy.

En vidéo

Échange tendu entre Emmanuel Macron et des cheminots à Saint-Dié-des-Vosges

Ce père de deux enfants, dont la compagne travaille en Ehpad (établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes dédié à l'accueil des personnes en perte d'autonomie physique et/ou psychique) se dit "mieux loti que quelqu'un qui gagne le Smic, mais pas nanti pour autant." Il révèle gagner "en moyenne 2500 euros net par mois", primes incluses. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Réforme de la SNCF : bras de fer entre le gouvernement et les syndicats

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter