VIDÉO - Accusation d'un nouveau "Diesel Gate" : les dirigeants de Renault sont "furieux"

DirectLCI
RÉACTION - Les accusations se concrétisent. Mercredi, le journal "Libération" a publié un extrait éloquent du document à l'origine de l'enquête sur Renault pour "tromperie", ouverte en janvier dernier. Ce vendredi, le numéro deux du constructeur se défend dans la presse.

Le doute n'est plus tout à fait permis. Tout comme Volkswagen, Renault est à son tour accusé d’avoir truqué ses moteurs pour les tests anti-pollution de ses véhicules diesel. En janvier dernier, une information judiciaire pour "tromperie" avait été ouverte contre X par le parquet de Paris. Mais si le flou demeurait encore, Libération semble ce mercredi avoir levé le voile. Le journal a pu consulter le document "accablant" à l’origine de l’enquête.

"Renault SAS a trompé les consommateurs sur les contrôles effectués et notamment le contrôle réglementaire de l’homologation sur les émissions de polluants […]. La société a utilisé une stratégie ayant pour objectif de fausser les résultats des tests antipollution", peut-on lire dans ces 39 pages rédigées par le gendarme de Bercy en 2016. Ce vendredi, le numéro deux du constructeur, Thierry Bolloré (lointain cousin de Vincent Bolloré) dément dans la presse toute tricherie.

La fureur de Thierry Bolloré

"Nous sommes choqués, interloqués, et même furieux. On dit aujourd'hui des choses fausses sur notre entreprise, sur la base de bouts d'un rapport auquel nous n'avons d'ailleurs même pas accès", dénonce le bras droit de Carlos Ghosn dans les colonnes du Figaro. Dans le même temps, il affirme au Parisien que les seules interventions ayant eu lieu sur les moteurs ont eu pour but "de limiter tout risque de casse, malheureusement observées par le passé". "On a eu des centaines de réunions avec les parties prenantes, les autorités  françaises, britanniques, allemandes, et ils n'ont rien trouvé", reproche-t-il dans les pages du magazine Challenges.

En vidéo

JT 13H - Renault accusé de tricherie : l'agacement et la suspicion gagne les conducteurs

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter