Ces Français ont tout quitté pour partir vivre au Costa Rica

Ces Français ont tout quitté pour partir vivre au Costa Rica

EXPATRIATION - Certains Français ont opté pour une autre vie au Costa Rica. Mais en dépit d'un contact permanent et dépaysant avec la faune et la flore, leur quotidien n'est pas forcément facile. L'émission Sept à Huit revient sur leur changement de vie.

Ces Français ont tout quitté pour renouer avec la nature au Costa Rica. Résidant désormais à quelques mètres de la mer ou en pleine jungle, ils aspiraient à un quotidien plus calme dans ce paradis vert d'Amérique Centrale. Mais ce départ n'est pas synonyme de facilité. C'est notamment le cas de Jérôme et Stéphanie, un couple de Picards, parents d'une famille recomposée de trois enfants, qui en dépit des difficultés ne regrettent pas d'avoir largué les amarres.

Alors qu'ils avaient une activité rémunératrice dans leur pays natal, le couple s'est lancé dans la folle aventure de l'expatriation en 2014 avec les deux bambins de Stéphanie. Pour Jérôme, ce fut un premier sacrifice : "J'ai dû laisser mes enfants en France, raconte le père de famille dans le reportage Sept à Huit en tête de cet article. "Ça a été l'une des expériences les plus difficiles de ma vie." 

Toute l'info sur

Sept à huit

70% de chiffres d'affaires en moins

Une fois installés de l'autre côté de l'Atlantique, ils n'ont eu d'autre choix que de créer leur propre affaire, sur ce territoire où occuper un emploi de salarié s'avère impossible. Ils ont alors lancé un hôtel de quatre chambres pour les surfeurs de passage. Depuis, l'ancien opticien se plaît à découper des fruits frais le matin pour le petit-déjeuner des hôtes, tandis que Stéphanie, ancienne infirmière libérale, pétrit du pain. 

Un véritable changement de cap, avant l'épidémie, qui leur a procuré beaucoup de bonheur. Cette activité touristique leur permettait d'empocher près de 70.000 euros par an. Mais depuis février 2020, leur carnet de réservations, d'ordinaire chargé, prend la poussière. "On s'est retrouvé avec des calendriers vides", déplore la patronne. 

Face à cette perte de chiffre d'affaires de plus de 70%, ils ont dû renoncer à une partie de leur élevage de taureaux, autre activité agricole dont ils sont propriétaires, confiée à un fermier de la région :"Pendant la pandémie, on a été obligé de se séparer des trois quarts du troupeau pour continuer à payer nos factures et survivre", raconte Jérôme. "Ça a été dur de s'en séparer du jour au lendemain, juste parce qu'on avait besoin d'argent. C'est pas une décision agréable", dit-il.

Lire aussi

Comme eux, de nombreux Français ont fait le choix de résider au Costa Rica. En France, Pascal était à deux doigts du burn-out. Quant à Marie, elle a décidé de prendre les rênes de l'entreprise familiale, lancée par son grand-père un siècle plus tôt dans la production de café, alors qu'elle n'y connaissait rien. Au-delà des obstacles rencontrés, et de leur nouvelle profession chronophage, tous œuvrent au quotidien pour préserver la biodiversité de cet eldorado vert, que ce soit en aidant les tortues à rejoindre la mer ou en luttant contre les pesticides, la faune et la flore de ce pays d'Amérique Centrale étant menacées. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Alerte aux orages : 9 départements maintenus en vigilance orange

Régionales : Marine Le Pen dénonce un "désastre civique" et appelle ses électeurs à "déconfiner leurs idées"

EN DIRECT - Régionales en Ile-de-France : Bayou annonce un accord avec Pulvar et Autain

Résultats des élections : région par région, la carte de France du 1er tour

Cris de singe, chants et banderole homophobes : la face sombre de la Puskas Arena

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.