Restos du cœur : un bénéficiaire sur deux a moins de 25 ans

Restos du cœur : un bénéficiaire sur deux a moins de 25 ans

REPORTAGE - Ces derniers mois, le nombre de bénéficiaires des aides alimentaires des Restos du Cœur a explosé. Sans surprise, on y retrouve de plus en plus d'étudiants.

Les Restos du cœur lancent vendredi leur collecte nationale qui prend cette année une dimension "vitale" compte tenu de la crise sanitaire et économique qui devrait se traduire par une "hausse significative" des bénéficiaires de denrées alimentaires et de produits d'hygiène. Cette collecte dans les supermarchés, qui s'achèvera dimanche soir, "est d'autant plus importante cette année que le contexte est incertain et qu'on sort d'une année très très compliquée", souligne, auprès de l'AFP, le président de l'association, Patrice Douret. 

"Ce qui nous inquiète, c'est l'augmentation significative probable du nombre de personnes que nous devrons accueillir avec des besoins sans doute différents qui fait que cette collecte est essentielle et qu'elle revêt un caractère absolument vital", ajoute-t-il.

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Ainsi, ce week-end, les Restos du cœur organisent leur grande collecte dans les supermarchés. En raison de la crise sanitaire, le nombre de demandeurs d'aides a fortement augmenté. Dans les cités universitaires, de nouvelles permanences ont été ouvertes. C'est notamment le cas à Montpellier (Hérault). 

De plus en plus d'étudiants

Chaque semaine, près de 400 étudiants font la queue pour des dons alimentaires. Pour la plupart d'entre eux, le budget moyen pour les courses s'élève à 70 euros. Cette distribution au cœur de la cité universitaire leur permet de le compléter sans complexe.

À l'origine de ce projet, une association étudiante. Le CROUS prête ses locaux et les Restos du Cœur fournissent les provisions. Par semaine, 70 à 80 personnes viennent s'y inscrire. En raison des cours à distance, certains étudiants ont vu leur facture d'électricité exploser. 

Lire aussi

Avec les autres charges, la nourriture vient donc en dernier pour eux. D'autres ont perdu leur emploi étudiant à cause du Covid. Une perte allant jusqu'à 500 euros par mois. Depuis deux ans aux Restos du cœur, un bénéficiaire sur deux a moins de 25 ans.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : une réunion à l'Élysée pour préparer la réouverture des lieux fermés

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Le plan Alerte enlèvement levé dans les Vosges pour Mia, 8 ans, toujours recherchée

EN DIRECT - Covid-19 : les vols depuis le Brésil suspendus jusqu'au 19 avril

Lire et commenter