Les habitants de Charleville-Mézières vexés par une petite phrase du maire des Sables-d'Olonne

Les habitants de Charleville-Mézières vexés par une petite phrase du maire des Sables-d'Olonne

BISBILLES - Une pique lancée par le maire des Sables-d'Olonne contre Charleville-Mézières a suffi pour mettre le feu aux poudres entre ces deux communes situées à près de 700 km l'une de l'autre. Une polémique qui en rappelle d'autres.

"Si on ne veut pas être embêté par les concerts, il faut aller à Charleville-Mézières et vous ne serez pas emmerdés l'été". Voilà une boutade qui fait tache d'huile. Prononcée en public la semaine dernière par le maire des Sables-d'Olonne (Vendée), alors qu'il répondait à des habitants se plaignant des animations estivales trop bruyantes dans sa commune, elle a été accueillie plutôt fraichement par les habitants de Charleville-Mézières (Ardennes). 

Toute l'info sur

Le 13H

"C'est animé. On est quand même capitale mondiale de la marionnette !", se défend une passante interrogée par le JT de 13H de TF1. "On est loin de la mer, mais quand il fait beau, les gens sortent quand même", rétorque un autre riverain, agacé. Tandis qu'un habitant confesse que "les propos sont minables". Évidemment, certains diront aussi qu'il n'y a jamais assez d'animations. "L'été, il n'y a rien, à part la place Ducale", se plaint ainsi un riverain. À qui un restaurateur répond : "On a treize restaurants ici et ils sont noirs de monde chaque été. En plus, dans un de nos restaurants, on installe une plage avec des transats et un disc-jockey", explique Azza Maziane dans la vidéo en tête de cet article.

Le maire de la capitale ardennaise a bien sûr été le premier surpris de la petite phrase désagréable de son collègue vendéen. "Entre villes touristiques, il faut effectivement plutôt se serrer les coudes. On est la capitale mondiale des théâtres de marionnettes, la ville natale d'Arthur Rimbaud, ça fait donc deux bonnes raisons de venir ici", énonce Boris Ravignon. 

Les traîner à Charleville-Mézières en plein hiver, c'est quasiment de la maltraitance.- Une institutrice dans "Plus belle la vie"

Toutefois, ce n'est pas la première fois que Charleville-Mézières est pointé du doigt. En 2015, le feuilleton de France 3 "Plus belle la vie" avait déjà fait grincer des dents. En cause, un échange entre deux personnages de la série marseillaise. "C'est tes élèves qui vont être contents. Les traîner à Charleville-Mézières en plein hiver, c'est quasiment de la maltraitance", avait lancé une institutrice à sa collègue. Ce à quoi un élu de la ville avait répondu sur Twitter : "Désolé Plus belle la vie, même l'hiver, Charleville-Mézières et les Ardennes sont belles !", joignant une photo de la place Ducale enneigée pour appuyer son propos. Ainsi qu'un hashtag #PlusBelleLa VilleCharleville repris par de nombreux internautes.

Un an après, en 2016, les deux comédiens Eric et Ramzy avaient, eux, jeté leur dévolu comique sur la ville de Saint-Nazaire après un de leur spectacle, lançant : "On a fait St Nazaire là, par exemple. Je vous déconseille d'y aller (…) Elle est horrible, il faut tout casser et reconstruire. C'est dégueulasse (…) T'as des villes qui sont sinistrées quand même". Comme le rapportait à l'époque Ouest France, Twitter s'était alors enflammé pour critiquer ces propos. Et la mairie leur avait répondu sur ce même  réseau social. 

Résultat : Eric et Ramzy avaient décidé de s'excuser sur leur page Facebook. "En ce qui concerne Saint-Nazaire, notre erreur a été d'y passer le matin tôt, sous la pluie, et de nous concentrer uniquement sur les 200 m qui entourent le cinéma. En particulier, l'ancienne base sous-marine (...) Donc jugement hâtif. Donc pardon si on vous a blessés. Et sinon, c'était une vanne. Violente, soit. Mais juste une vanne", avaient-ils répondu face à la vindicte populaire.

Lire aussi

La même année, le chanteur Johnny Hallyday s'était livré à une comparaison douteuse entre Papeete à Tahiti, où il était venu se produire et la commune de Maubeuge dans le Nord. "C'est quand même mieux de venir chanter ici à Papeete qu'à Maubeuge", avait-il lâché s'attirant les foudres du maire de la ville. Arnaud Decagny avait en effet estimé que cette petite phrase risquait de nuire à l'attractivité de sa commune : "Nous essayons de développer au maximum le tourisme pour combattre cette image de ville triste où il ne se passe rien", s'était-il plaint dans l'Express, ajoutant qu'à travers Maubeuge, c'est "tout le Nord de la France qui est attaqué". 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

VIDÉO – Un an de pluie en quelques heures : les images des dégâts des inondations monstres en Sicile

Présidentielle 2022 : pourquoi Eric Zemmour taxe-t-il Marine Le Pen de "femme de gauche" ?

Tir mortel d’Alec Baldwin : nouvelles révélations sur la jeune armurière Hannah Gutierrez Reed

Pilule anti-Covid de Merck : "Le médicament final n'est pas produit en France", confirme Pannier-Runacher

VIDÉO - Vladimir Poutine, père d'une fille cachée de 18 ans ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.