VIDÉO - "Il ne faut pas oublier de se dire 'je t'aime'": un an après le meurtre du père Hamel, les paroissiens témoignent

DirectLCI
AMOUR - Le 26 juillet 2016, le père Hamel, prêtre auxiliaire de 85 ans, a été égorgé dans la commune de Saint-Etienne-du-Rouvray. Un an après, c’est un message d'amour et de paix que les paroissiens qui ont survécu à l'attentat, tiennent à délivrer.

Le sourire aux lèvres, le regard triste, "je suis là, allez chercher pourquoi", lance Guy. Lui, il a survécu à trois coups de couteau, le 26 juillet 2016. "On n'a pas de haine", ajoute Janine. "Juste du regret. Du regret que [ces djihadistes] se soient laissés embarquer dans cette violence".


Un an après cette attaque terroriste, ce mercredi , un hommage est rendu au père Hamel, à Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), en présence du chef de l'Etat. Ce jour-là, Guy fête aussi ses 88 ans, dont 65 de vie commune avec Janine. Ensemble, main dans la main, ils assisteront à une messe en hommage à leur ami, mais dans une autre église. Trop difficile de revenir sur les lieux de l'assassinat un an après. Puis, direction le restaurant où ils fêteront ensemble cette nouvelle bougie. 

"Malgré les cheveux blancs, il ne faut pas oublier de se dire 'je t’aime'. Et ça on y pense un peu plus depuis le mois de juillet de l’an passé", souligne Janine. Un message d'amour et de paix que le couple de retraités espère pouvoir faire entendre. 


Les deux djihadistes qui ont abattu le père Hamel se réclamaient du groupe terroriste État islamique. Ils ont été tués par les forces de l'ordre à leur sortie de l'église. Deux jours après cet assassinat, près de 3500 personnes avaient rendu hommage au père Hamel dans la commune. Des centaines de musulmans étaient aussi allés prier dans les églises de France aux côtés des catholiques en signe de "solidarité".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter