VIDÉO - Usagers sur les voies, malaises et journalistes évincés : la chaude première matinée de grève, Gare de Lyon

Société
DirectLCI
RIEN NE VA PLUS - Plus de passagers que de trains. L'équation est simple et a donné lieu, dès le premier jour de grève de la SNCF mardi 3 avril, à des scènes de cohues sur les quais de l'une des principales gares parisiennes où LCI s'était postée dans la matinée. Avant de se faire escorter vers la sortie.

Ils étaient prévenus depuis deux jours. Avec 77% de conducteurs en grève, les usagers pouvaient s'attendre à connaître des conditions de circulation difficiles. Et la galère annoncée s'est bien produite dès mardi, au premier jour d'un mouvement que les cheminots de la SNCF comptent mener par intermittence pendant trois mois. Les quais de la Gare de Lyon, à Paris, n'avaient pas été aussi bondés depuis un moment. Plutôt que de risquer de manquer l'un des rares en circulation (1 Transilien sur 5 seulement), certains ont décidé de couper à travers champ - plutôt à travers rails - en traversant les voies. Une cohue filmée par les journalistes de LCI sur place à qui l'on a demandé, après diffusion des images, de bien vouloir sortir de la gare.

"La galère, voilà"

Avant d'être relégués sur le parvis, ils ont pu interroger des usagers qui avaient bien mal commencé leur journée. "1h45 pour prendre le train, c'est infernal, inadmissible dès le premier jour. Il y a en a pour trois mois", peste l'un d'eux qui raconte avoir assisté à "quatre malaises". "L'alarme a sonné trois fois, c'est inadmissible", martèle-t-il. Dans le même train en provenance de Melun, en Seine-et-Marne, une usagère évoque un trajet "très long". "La galère, voilà", résume-t-elle. 

En vidéo

Grève SNCF : cohue sur les voies à la Gare de Lyon

Sa voisine est-elle "en colère" ? "Non. Désabusée, tout simplement". "C'est une catastrophe, dit-elle. Je n'ai jamais vu ça". "A la troisième station, on était déjà tous debout", ajoute celle qui "ne sait pas comment [elle] va rentrer ce soir". Les mêmes scènes de cohues devraient être observées en fin de journée alors que les usagers essaieront de monter dans un train pour rentrer chez eux. Et pendant les trois prochains mois.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter